Un week end à Helsinki

Helsinki est la capitale de la Finlande, pays européen limitrophe de l’URSS. La région  a été disputée par la Suède et l’URSS au fil des siècles, puis a finalement pris son indépendance en 1917. Mais avec la deuxième guerre mondiale à venir, elle n’était encore pas au bout de ses ennuis. Quoi qu’il en soit, Helsinki est donc une jeune capitale de 650000 habitants, sans grand antécédent historique. La ville a les pieds dans la Baltique, et la tête dans les forêts, les marais et les lacs. C’est une base agréable avant de partir randonner sous le soleil de minuit (juin) ou les aurores boréales (mars).

Informations pratiques

Nous sommes à 3 heures de vol de Paris; sur Finnair le repas du vol de 19 à 21h est payant: sans commentaire. Affamé, on peut rallier le centre ville par bus public ou train (5 euros). Un taxi aéroport-centre ville de nuit coûte 32 euros en navette collective (stands jaunes).

Une carde d’identité suffit pour les citoyens européens. Il y a un décalage horaire de une heure (en plus) par rapport à Paris. La monnaie est l’euro, la vie est un peu plus chère qu’en France, et le vélo est certainement le mode de déplacement idéal. Mais il y a aussi un métro, des trams, des bus…

Hébergement à Helsinki.

J’ai été logée au Scandic Marina Hôtel, sur l’île Katajonakka, à l’est de la ville. Il est bien situé à proximité de Kaupatori. C’est un hôtel plutôt luxe installé dans d’anciens entrepôts. Contraintes architecturales ?  les chambres sont petites et simplissimes pour le standing revendiqué. Le ménage n’est pas systématique. La bouilloire est purement irritative, pour vous faire bien remarquer que vous n’avez rien pour vous préparer une boisson chaude. En revanche, excellent buffet petit déjeuner.

Visiter Helsinki

Kaupatori

…. ou Market Place pour les guides touristiques, mais visiblement les autochtones ne sont pas au courant de cette appellation ! Cette grande place en bord de baie associe des stands qui vendent du brol aux touristes, des marchands de fruits et légumes et des snacks qui proposent différentes déclinaisons de poisson-patate, autour de 10 euros le plat. A l’extrémité sud-ouest, les halles Kaupahalli, brique et blanches, permettent de goûter les produits locaux: poisson, charcuterie. C’est propre-net, pas du tout l’idée qu’on se fait d’un marché en revenant de java par exemple !

Halles Kauppahalli, Helsinki

Pour les prix, ce n’est pas donné, tartine, soupe bière: 25 euros.

Sur la place se trouve également la piscine-sauna Allas Sea Pool, avec ses trois bassins extérieurs, dont deux chauffés.

Allas Sauna et Piscine Helsinki

L’Esplanade

Une allée arborée et fleurie, bordée de restaurants et de boutiques chics. Rien d’extraordinaire.

Musée Art contemporain Kiasma

Façade en cours d’entretien. N’étant pas fan d’art contemporain, je me suis abstenue.

Au Rez de chaussée, vous trouverez une boutique de souvenirs, majoritairement destinés aux enfants et rédigés en finnois, et un restaurant.

La bibliothèque Centrale d’Helsinki

C’était le projet sélectionné pour commémorer le 100ème anniversaire de l’Indépendance de la Finlande. Situé juste derrière le Kiasma, c’est un bâtiment étonnant, comme une vague jaune posée sur le sol. Logiquement, le sol intérieur et la terrasse ondulent également ! La salle publique du 3ème étage propose des livres en français à gauche en sortant de l’ascenseur, un petit café et une terrasse pour lire au soleil dehors. Le rêve.

Bibliothèque d’Helsinki

Eglise dans le Rocher.

Entrée 3 euros. Elle m’a bien plu cette église, vaste, largement éclairée par la lumière du jour, et ce plafond de cuivre suspendu est magnifique. J’y ai entendu un concert d’orgues tonitruant.

Chapelle dans le Rocher, Helsinki

Chapelle Kamppi.

Aspect extérieur étonnant, comme un cargo abordant en pleine ville, droit dans ses bottes, entre des immeubles noirs très modernes et une ancienne bâtisse.

Chapelle Kamppi, Helsinki

Entrée gratuite. intérieur ovoïde de bois clair sans fenêtre visible, atmosphère zen, cocooning voire oppressante.

Les île(s) de Suomenlinna

A Market Place, achetez un pique-nique (sandwiches et fruits rouges) et prenez un ticket de ferry aller-retour pour 5 euros. Les quatre iles reliées par des ponts ont été aménagées en forteresses défensives de la ville et sont à ce titre référencées par l’UNESCO. On y flâne parmi la verdure, les entrepôts et les bâtiments militaires transformés en habitations, les innombrables cafés-restaurants. Il y a un musée qui raconte l’histoire de l’île, avec l’inévitable boutique de souvenirs.

Iles Suomenlinna, Helsinki

Il y a des petits ports avec les accumulations de matériaux qui vont avec, mais rangés à la nordique, une école, une église-phare, un projet de petit chantier naval pour la réfection de bateaux en bois, des fortifications, un sous marin, et tout au sud on dirait la Bretagne avec des rochers et des petites criques pour pique-niquer en contemplant le large.

Cathédrale Upenski

C’est un bel édifice de brique et de zinc vert de gris, avec des flèches dorées qui brillent au soleil.

Eglise Orthodoxe Uspenski, Helsinki

cathédrale Tuomiokirkko, sur la Place du Sénat

Blanche, sobre dehors comme dedans. J’ai trouvé que la boutique d’artisanat Okra, en face avait de jolies choses: céramiques, vêtements en laine, bijoux, chaussures en cuir faites main.

Cathédrale Tuomiokirkko, Helsinki

la Baie de Töölö

Recommandée pour courir... C’est plat, vert , au bord de l’eau, donc beaucoup mieux que les pavés apparemment très prisés de finlandais.

Artek, Alvar Aalto et le design Finfandais

Les boutiques Artek c’est du super Habitat où les plus avertis reconnaitront des sièges créés par le Maitre. Peu connaisseuse, le Palais Finlandia avec ses façade en marbre de Carrare (qui ne résiste pas au gel) ne m’a pas bouleversée.

Design District, dans le quartier Punavuodori est très agréable pour flâner, s’entrainer à résister à la tentation d’acheter, et manger un morceau.

St Petersbourg et Tallinn.

Des opérateurs proposent des excursions à la journée dans ces deux grandes villes voisines. Pour une seule journée, et en voyage organisé, on est dispensé du visa (onéreux et long à obtenir) pour la Russie. Ceci dit, pour avoir visité St Pétersbourg, elle mérite bien plus qu’une journée.

Conclusion

C’est une ville paisible, propre et agréable à vivre, mais où il n’y a rien de majeur à voir: il y a de nombreux monuments assez sympas pour passer le temps, mais rien d’incontournable pour votre culture ou pour vous bouleverser esthétiquement.

A moins d’être fan de design, d’architecture et d’art moderne, Helsinki est à concevoir comme une étape dans un voyage, pas comme une destination week end en soi.

2 réflexions sur “Un week end à Helsinki”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*