Week end à Florence

Florence, ce sont des palazzi à perte de vue, des œuvres d’art exceptionnelles jusqu’à l’écoeurement, la dolce vita, la bonne chère, des glaces extraordinaires. Quoi voir, quoi faire, ou manger, ou dormir, à Florence ? Déjà, retenez que trois jours ne suffisent pas avoir le principal tout en profitant de la douceur de vivre toscane.

Ou dormir à Florence : une seule bonne réponse.

La Pensione Annalena :

Ancien palais, ancien couvent, ancien bordel, c’est un hôtel qui a accueilli des grands de ce monde. Il est situé à 300 m du Ponte Vecchio, dans le quartier  San Spirito. La Place San Spirito est un peu à l’écart des touristes, assez calme et familiale, avec des restaus tranquilles en terrasse.  L’hôtel est désuet, défraichi et romantique, avec ses peintures murales, ses œuvres d’art, ses vieux meubles. Les chambres sont toute simples mais propres et climatisées. Le petit déjeuner et généreux, le personnel absolument charmant.

Quoi voir à Florence.

En un week end, c’est un casse tête. Sous la protection des Médicis, qui étaient des mécènes avisés et généreux, pendant 400 ans, les plus merveilleux peintres et sculpteurs sont venus apprendre, perfectionner, exercer et enseigner leur art dans la capitale florentine. Au final, chaque palais, chaque église, chaque abbaye, chaque place, chaque monument public recèle des trésors. J’ai lu les œuvres complètes de Catherine M, et c’est elle qui a écrit, je crois, qu’à la sortie d’un musée, on ne retiendra que trois œuvres. (Elle parlait bien d’art). Il va donc falloir cibler un peu, sous peine d’overdose touristique, d’amnésie picturale et d’asthme aux poussières de marbre.

Les Musées des Offices, du Palais Vecchio, du Palais Pitti, et le Musée Bargello sont les plus célèbres. Ils regorgent de Madones pas toujours souriantes, avec des petits jésus gras comme des cochons, de mecs à poil et de massacres sanglants.

Quel artiste célèbre découvrir à Florence?

Pour les débutants ;

Michel Ange,

« La sainte famille » au Musée des Offices,
« La Pieta » dans le  Musée d’ell Opera de Santa Maria de Fiore.
« Le génie de la victoire»  est  au Palais Vecchio.
« David » victorieux de Goliath est en majesté à la Galleria dell’Accademia

David victorieux de Goliath, Michel Ange, Florence

Raphaël :

Direction le Palais Pitti, où il y en a plusieurs cachés quelque part. Pas vus.

Botticelli :

« Naissance de Venus » au Musée des Offices et trois autres superbes à la Galleria dell’Accademia:

Madone à l’enfant, de Boticelli, Florence

Leonard de Vinci :

L « Adoration des Mages », et l« Annonciation » sont au Musée des Offices

Lippi :

Le Maître de Botticelli.
Fresque de la Chiesa Badia Fiorentina ;
« La vierge à l’enfant »: Palazzo Medici Ricardi

Quels monuments visiter à Florence :

Pour la plupart des monuments, afin d’éviter des heures d’attente en plein soleil, réservez vos entrées sur internet (attention aux faux sites) une semaine à l’avance.

L’ensemble du Duomo,

C’est certainement le monument le plus connu de Florence, avec le Ponto Vecchio. L’ensemble comprend  la Cathédrale Santa Madre de Fiore, le Campanile, le Baptistère, tout en marqueterie de marbre blanc et vert. Savez vous que Florence et Agra (le Taj Mahal) sont les deux références mondiales pour la marqueterie de pierre? Le Duomo, avec son diamètre de plus de 40 mètres, est une prouesse architecturale que nous devons à Brunelleschi. Comme pour presque toute les églises florentines, l’intérieur est sobre. Les portes du Baptistère, dites Portes du Paradis, sont rangées à l’abri, ne me demandez pas où.

La Plazza de la Signora,

L’endroit où il faut être, avec le Palais Vecchio, ses statues et ses fontaines. A noter, derrière la Fontaine de  Neptune, un robinet d’eau minérale gazeuse !

Le Musée des Offices

Il est immense, présentant des milliers d’œuvres, des primitifs italiens aux peintres flamands, témoignages de la vitalité des commerces européens à la Renaissance.  Face à cette abondance, on ne peut que bien se préparer et cibler sa visite.

Le Palazzo Pitti :

Attention, soyez plus vigilants que nous : nous avons réussi à ressortir sans voir les Raphaël. Nous en sommes restés au musée moderne, pas extraordinaire par rapport aux autres musées de Florence. Mais très bon expresso à la cafétéria.

Jardin Boboli, Palais Pitti, Florence

Derrière, l’immense Jardin Boboli, propose ses statues intégrées aux massifs, ses bassins, ses vues imprenables sur Florence et la campagne Toscane. Une visite à l’ouverture, 8h15, permet d’être au frais. On peut aussi envisager un entrainement pour un trail car il y a de la pente. La Fontaine dell’Oceano entoure un jardin de citronniers en pot. Dans l’eau, un fascinant ballet de carpes, tortues et canards qui dévorent les bébés poissons, sous l’arbitrage attentif d’un héron.

La Basilica di Santa Croce :

C’est un immense ensemble religieux, avec des cloitres , des cryptes, des chapelles. Notez la très belle charpente sculptée et peinte. La toile remarquable « la  Cène » de Giorgio Vasari, endommagée par la crue de l’Arno en 1966, est maintenant rénovée et montée sur un système de relevage mécanique qui permettra de la mettre à l’abri en cas de nouvelle crue.

Palazzo Medici Ricardi :

C’était le palais des Médicis. Le Hall Luca Giordano, immense salle de réception aux plafond dignes de La Chapelle Sixtine et aux miroirs peints, en met plein la vue. Remarquez comme ces coquins d’italiens font des façades somptueuses devant un bâtiment banal :

Palazzo Medici, l’envers du décor

Orsanmichele ;

Cette ancienne Halle aux Grains produit tellement de miracles qu’elle a été consacrée au 14ème siècle. Les plafonds bleu et or ainsi que les vitraux sont magnifiques une jolie pause à l’ombre en centre ville.

Le Ponte Vecchio.

C’est le plus ancien pont de Florence, le seul que les Allemands aient eu le bon goût d’épargner. Le fleuve Arno, passera ensuite à Pise, avant de se jeter dans la Méditerranée. C’est une vilain: ses crues dévastatrices se reproduisent environ une fois par siècle. La dernière date de 1966 et a été une catastrophe. Une crue de plus 5 mètres de boue mêlée au mazout des réserves de la ville a submergé habitations, monuments, musées et oeuvres d’art. Au moyen âge, les ponts étaient souvent construits avec des maisons de pêcheurs. Les Médicis, incommodés par l’odeur, ont remplacé les pêcheurs par des joailliers… car l’argent n’a pas d’odeur, lui.

S’il vous reste du temps, le Musée Galileo et sa collection d’instruments scientifiques.  Pas rancuniers, les religieux ont accueilli la dépouille de Galilée à La Basilica di Santa Croce.

Mais la liste est infinie, je pense qu’il faut des semaines pour explorer Florence et prendre la mesure de toutes les richesses de cette ville.

Shopping dans la Capitale Toscane

Musée et boutique Gucci bof, bof, je ne suis pas vraiment en période bling bling, plutôt grosses économies.
Parfumerie Aqua Flor : ambiance d’apothicairerie un peu sulfureuse. C’est la parfumerie du film « Le Parfum » (excellent livre, excellent film).
Bijouterie Alessandro Dari : des bijoux étranges, à l’évidence doués de pouvoirs surnaturels.

Des bagues habitées, Bijouterie DARI, Florence

Cuir : La Scuola del Cuoio dans l’enceinte de La Basilica di Santa Croce. Végétarienne, je n’encourage pas. Mais j’ai vu de beaux objets, maroquinerie et vêtements. Pas de chaussures.

Où manger à Firenze ?

N’écoutant que notre courage, nous avons testé pour vous :

  • Le Marché de Sant’Ambrogio est situé piazza Ghiberti. Il y a là une super petite cantine, bon marché (6 euros le plat), délicieuse et chaleureuse.
  • Signorvino, attention, réservez,  et ne vous trompez pas car il y en a plusieurs: choisissez celui avec une terrasse au bord de l’Arno, une vue extraordinaire sur le Ponte Vecchio le soir.
    • Le Ponte Vecchio, Florence, vu du restaurant Signor Vino

Magasin de vins et restaurant, ils proposent des planchas de fromage  à se damner. Mais qui, du rosé frizzante ou de la note, m’a donné cette migraine carabinée ? On paie la vue bien sûr.

  • La Ménagère, pâtisserie, restau, fleuriste, boutique ; Bobo et décontracté, idéal pour un brunch.
  • Il Latini, cuisine Toscane typique ; très copieux, végétariens attention, pratiquement que des plats de viande. Réservation également.
  • Ara, fast food sicilien : spécialiste des aranchini, qui sont des beignetsau riz fourrés à la viande, ou au fromage, ou à la pistache…délicieux.
  • Fuoco Matto : super pizzas.
  • Glacier Sbrino, près de la Place san Spirito. Super. Testez le granité de prune, rafraîchissant, fleuri et léger.
  • Le Marché Central , avec son food court comme à Singapour, nous a fait baver d’envie. Petits poissons marinés, beignets de plantes et légumes, tartines merveilleuses, toutes les pâtes du monde, des japonais surprenants… Attention, bondé le week end. A tester en semaine, un peu avant midi.

Se déplacer à Florence.

Un tramway va de l’aéroport à la Stazione Centrale, pour la somme modique de 1,5 euros, soit 11 fois moins cher que le Rhône Express. Mais quelqu’un a-t-il vu quelque part dans le monde une navette ville-aéroport plus chère que le RhôneExpress ?

En ville, tout est très proche, on peut visiter facilement à pied, quartier par quartier, sans s’épuiser. Les ruelles sont charmantes, il y a assez peu de voitures en centre ville, et plein d’endroits pour se poser. Et en période estivale, faites comme les florentins : une petite sieste, une glace, et c’est reparti !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*