Ou le voyage immobile prend tout son sens

Les voyages en ce moment, il vaut mieux les rêver, s’inventer en voyage. La covid a bouleversé les projets de bien des Tour du Mondistes, et des touristes de base.

En mars, confinement

Voyage immobile imposé. Merci à Claire Bretecher

Les aventuriers en ont été pour leurs frais. Des amis ont pris neuf mois sabbatiques pour voyager. Ils étaient aux Philippines avec leurs deux enfants lorsque le confinement a été déclaré. Comme étrangers ils n’étaient pas bienvenus dans leur hébergement inconfortable, les hôtels dignes de ce nom ont fermé. Ils ont pu rallier l’Australie, où ils ont passé plusieurs jours à squatter dans le hall d’un aéroport, à camper comme des clochards avec leurs enfants, avant de trouver un avion retour.
D’autres sont restés bloqués des semaines dans des pays paralysées, cloitrés dans des chambres où ils n’imaginaient certainement pas de passer plus d’une nuit.

Cet été, la plus grande incertitude a régné.

Covid: vacances en France: bonjour le Chat

D’abord, les changements de stratégie d’isolement annoncées par les gouvernements à la dernière minute: les anglais ont du se précipiter pour rentrer au pays, ayant été prévenus 48h avant de la fermeture de leurs frontières.

Les voyages en avion ont été erratiques, entre annulations pures et simples et absence de vol retour. Des connaissances qui épargnaient depuis plusieurs années pour aller au Japon en famille ont vu leur voyage annulé, et leurs économies consignées par Aeroflot: commerçants déjà pénalisés par le confinement, ils ne sont pas partis en vacances cette année faute de moyens financiers. D’autres n’avaient que des allers-simples pour la Crête. Il ont tenté la chance et ont gagné: ile déserte, accueillis à bras ouverts, et finalement un vol retour à temps. La Grèce était un paradis, un autre ami a sa photo de lui tout seul devant le Parthénon, c’est exceptionnel.

Je ne suis que compassion pour les agences de voyage, surtout les plus hors des sentiers battus, qui en ont été réduites à essayer de vendre des tours du Mont Blanc et du kayak dans les Calanques.

 

Et voici le couvre feu.

On doit être entrés à la maison à 21 heures, mais après on a le droit de laisser allumé autant qu’on veut.

Les voyages internationaux se font généralement en avion, ce qui accroît le risque d’annulation par les autorités ou la compagnie aérienne. Vérifiez quelles sont les conditions d’échange : est-il possible de réserver un autre billet sans frais supplémentaires ? Si les prix ont augmenté depuis votre réservation, devrez-vous payer la différence ? Regardez s’il y a des dates d’exclusion ou des frais d’échange au-delà d’une certaine date et jusqu’à quand l’échange est possible.

Ou aller en Novembre 2020 ?

Tous les pays restreignent les heures d’ouverture des lieux publics, le tourisme culturel et gastronomique est incertain. Les autorisations de passages de frontières varient au gré des taux de contamination des pays d’origine des voyageurs et sont à la merci de température ou d’un test positif. La prudence est de mise.

La Grèce (Source: diplomatie.gouv)

Depuis le 1er juillet, les français sont autorisés à entrer en Grèce. Les voyageurs doivent remplir un formulaire en ligne au moins 48h avant le voyage. et un dépistage aléatoire au Covid-19 peut être réalisé à l’arrivée. Tout test positif implique  une quatorzaine dans une structure désignée par les autorités sanitaires.
Le port du masque est obligatoire dans tous les espaces publics fermés et dans les transports publics et est également fortement recommandé dans les espaces ouverts dès lors qu’on ne peut pas respecter la distanciation physique.
En cas de dégradation de la situation sanitaire, ce qui est le cas actuellement, des mesures de re-confinement  peuvent être prises. En pratique, 3 semaines avant notre départ, on manque gravement de visibilité. Le risque de passer les vacances en quatorzaine suite à un prélèvement positif est faible, mais non nul.

En France d’Outre-Mer:

Nous avions, jeunes écervelés, acheté des billets pour aller à la Martinique en Novembre. On s’était dit en France, avec Air France… déjà, les premiers contacts pour organiser le prélèvement nasal pour la PCR covid étaient flippants: on doit présenter un test négatif de moins datant de de 72 heures. Pas possible de prendre un rendez vous, il fallait se présenter avec une ordonnance  et faire le pied de grue devant un labo. Une ordonnance, ça ne peut pas être je vais voir mon médecin, et je fais semblant d’être malade. C’est encore moins je lui explique que c’est un passe droit pour aller faire du tourisme, parce que les docteurs, ils sont grognons en ce moment.

Et tout ça pour un délai de transmission du résultat non garanti…

Et enfin, le confinement du 29 Octobre, deuxième confinement du 3ème millénaire.

Finalement, le confinement nous a presque sauvé la mise, nous espérons maintenant un avoir…

Et donc la réponse: en Novembre 2020, pour les vacances, on fait canapé. Car bien sûr nos employeurs ne veulent pas qu’on décale nos jours de congé à une période plus ouverte.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.