Trois actions pour être plus zen en attendant le grand départ.

Préparer son Tour du Monde c’est bien. En attendant, il faut éviter l’infarctus et la perforation d’estomac qui pourraient contrarier vos plans. « Puissé-je avoir la sérénité d’accepter les choses qui ne peuvent pas être changées, le courage de changer celles qui peuvent l’être, et la sagesse de les distinguer les unes des autres » – Prière boudhiste des Marc Aurèles anonymes. Cette bonne vieille citation m’est immédiatement revenue à l’esprit lorsque Olivier Roland, du Blog Habitudes Zen, a relancé pour 2019 l’ Evénement « 3 habitudes pour être zen au quotidien ». Voici mon humble participation.

Cette citation pleine de bon sens implique un examen de vos champs d’influence réels ou imaginaires. Par exemple, vous avez une réelle influence sur votre corps et votre santé, le souhait – pas forcément partagé- d’influer sur la vie de vos enfants, et vous savez que vos décisions d’aujourd’hui modifient votre avenir. Vous avez la faculté d’aider les autres, mais, si vous êtes un français moyen comme moi, vous n’avez aucun pouvoir sur les événements qui se déroulent au bout du monde. Cela peut se décliner sous forme de trois habitudes qui vous rendront plus zen au quotidien.

1. Faites du sport.

C’est complètement sous votre contrôle. Si. L’exercice a de multiples bienfaits longuement décrits dont: stabilisation du poids, plus bel aspect physique, meilleur sommeil, amélioration de la longévité. Mais, surtout, le sport rend zen. Il rend CHIMIQUEMENT zen. Une demi heure à quarante minutes d’exercice un peu soutenu (marche rapide, course, pédalage, elliptique…) déclenchent une sécrétion d’endorphines.  Les endorphines sont des substances apaisantes et anxiolytiques.

Une demi heure d’exercice le matin, et votre vécu de la journée sera transformé. Bien sûr, les mêmes choses vont arriver, mais vous serez un peu shooté, un peu planant, relax, « un pas en arrière » comme disent les anglo-saxons. Face à la charge de travail, aux injonctions diverses, aux imprévus, votre réactivité, votre efficacité  et la qualité de vos décisions  seront bien meilleures.

Faites du sport le matin. Levez vous plus tôt. Il y a à l’heure où je vous parle, sur le fameux site de vente entre particuliers, 969 vélos elliptiques à vendre, rien que sur Rhône -Alpes. Ou allez au travail en courant ou à vélo.

2. Améliorez votre vie.

Que pensez vous de votre vie ? Que feriez vous si tout était possible ? Si vous étiez millionnaire ? Décrivez précisément tout cela. Puis prenez le contrôle, au moins partiellement.

A court terme, trouvez une action qui vous rapproche de votre idéal: réglez définitivement un problème récurrent, ou organisez vous pour vous rapprocher du but.
Si les courses en magasin vous agacent, faites vous livrer. Si c’est trop cher, votez vous une démarque: annulez un article sur dix avant de valider (- 10%) ou un sur cinq, (-20%).
Si vos plantes sont des ingrates qui agonisent ostensiblement malgré vos bons soins, abandonnez les.
Millionnaire, vous déjeuneriez à midi avec une amie ? Ayez des amis. Si le resto est trop cher, mangez à la cantine d’entreprise, ou préparez un pique nique.
Si vous étiez millionnaire, vous commenceriez votre journée par un bain moussant? faites-le le week end.
Bref, trouvez une amélioration immédiate et définitive à votre quotidien. Appliquez. Puis recommencez.

A moyen et long terme, mettez en place un programme pour arriver à votre vie idéale. Listez les étapes à passer. Anticipez les décisions à prendre. Si votre but est de partir pour un Tour du Monde, épargnez comme un fou. Posez vous des objectifs chiffrés. A chaque tentation de dépense, respirez profondément, prenez une minute de réflexion pour maitriser votre impulsion et prendre la bonne décision pour votre long terme. Envie d’un dessert au restaurant alors que vous n’avez plus faim et que vous avez arrêté le sucre ? Respirez, pensez que ce dessert va vous coûter un jour entier de repas en Inde ou en Amérique du Sud. N’allez pas au restaurant la prochaine fois, vous épargnerez carrément l’alimentation et l’hébergement pour vingt quatre heures. A la prochaine tentation, promettez vous hypocritement ce restaurant pour plus tard. Reportez la satisfaction de vos envies immédiates. A chaque hésitation, faites le choix de vous aligner sur votre objectif.

3. Agissez puis faites une diète d’information.

Evaluez ce qui est ou non dans votre champ d’influence. Décidez une action sur un ou deux sujets qui vous préoccupent.

L’accueil des migrants en France vous touche : adhérez à une association: tout est possible, du plus engagé, comme proposer de l’hébergement temporaire, au plus simple. Aller jouer au foot avec ces jeunes une fois par semaine peut être à la fois un excellent moment pour vous et un soutien psychologique décisif pour eux.
Vous êtes soucieux pour l’avenir de la planète ? Passez au zéro déchet et participez activement aux permanences du composteur de votre quartier.
Si vous pensez pouvoir faire quelque chose pour les kurdes, faites le: organisez grâce à twitter des manifs tous les samedi devant le Ministère des Affaires Etrangères ou la Mairie de votre commune.

Puis, la conscience tranquille, boycottez les actualités. Par définition les médias ne transmettent que des informations sensationnelles, exceptionnelles, effrayantes. On sait quand une jeune fille est coupée en cubes par un récidiviste; on ne compte pas les femmes qui font du stop sans encombre. Ne vous inquiétez pas ; les informations vraiment importantes vous parviendront toujours. J’entends par là les changements de président en France et aux US, les mariages princiers, les accidents nucléaires dont on veut bien nous informer, les prédictions de crash boursiers, l’héritage de Johnny, la réforme des retraites, les épidémies de grippe aviaire… Les revues qui trainent, les collègues de café et les potes aborderont forcément la question tôt ou tard.
Vous serez plus zen vous mobilisant sincèrement sur un ou deux points précis qu’en subissant passivement un flux permanent de catastrophes naturelles, de décisions incompréhensibles, de malversations impunies et d’injustices criantes.

Conclusion

Devenir plus zen, ce n’est pas respirer avec le ventre dix minutes de temps en temps. C’est mettre en harmonie son esprit, son corps et ses actes. Si vous êtes shooté aux endorphines tous les matins, que vous devenez plus cohérent avec vos idéaux, et que vous oubliez le reste, ça devrait aller mieux.

Si vous pensez que vous manquez de temps, je vous conseille de suivre les conseils d’Olivier Roland dans l’article « Créez le temps pour faire ce que vous aimez chaque jour« . Comme tous les articles du site Habitudes Zen et les vidéos d’Olivier, il est bien argumenté, plein de bon sens et immédiatement applicable par les Rebelles Intelligents !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*