Sicile : de Syracuse à Taormine en passant par l’Etna

Voir l’Etna. Un rêve de voyage si facile à réaliser, mais toujours sur liste d’attente à plus de 50 ans ? Des aller-retour à 50 euros en Novembre ? c’est décidé, partons.

L’Etna.

Le but ultime ce ce voyage était un trek de 4 jours à travers le massif de l’Etna. Et comme celui-ci est relativement actif en ce moment, la période paraissait bien choisie. En pratique:

  • Je n’ai jamais retrouvé l’agence qui propose la rando en 4 jours de mes rêves (si vous la connaissez, merci de mettre ses coordonnées en commentaire)
  • Je me suis rabattue sur un trek de 6 heures, c’est à dire montée à 2500 m en téléphérique, puis en 4×4, pour dépasser les 2900m autorisés aux communs des mortels et atteindre les 3300m avec un guide diplômé (# montagne).
  • On trouve des tarifs allant du simple au triple pour cette prestation ; il faut être vigilant sur les prestations incluses ou non : billet de téléphérique (30 euros AR), téléphérique + 4×4 ou chenille (79 euros), casse croûte de midi, etc.
  • J’ai opté pour Excursions Etna, prix médian, 104 euros par personne pour 5 à 6 heures d’excursion.
  • En pratique, j’ai été informée immédiatement que compte tenu de l’activité éruptive, l’ascension était interdite au delà de 2900 m. C’est le problème des volcans, on ne peut s’approcher que quand il n’y a rien à voir.
  • Le départ a été repoussé de 3 jours pour « problème d’organisation », peut-être à cause de la météo : tempête avec grand vent, pluies torrentielles en plaine et chutes de neige en altitude (# montagne). Nous nous retrouvions donc avec un trek reporté au matin, avant de reprendre l’avion du soir.
  • Nous avions réservé au refuge Sapienza pour être à pied d’œuvre le matin, pour le départ du premier téléphérique à 9h
  • Mais : l’excursion a été annulée la veille.
  • L’Agence n’a pas encore répondu à ma demande de remboursement.

Au final, nous sommes montés quand même en téléphérique pour trouver une station supérieure habituellement moche, de la neige (#montagne), et un volcan invisible dans le brouillard. La chose a l’air de se dégager plutôt en fin d’après midi : vue de l’aéroport, avant le départ. Grrrr

L’Etna, vu de aéroport de Catane, Sicile.

Nous avons aussi fait le tour du massif volcanique par la route circumetnea, par l’ouest, de Fiumefreddo à Linguaglossa, puis par Randazzo, Bronte, Ardano, Nicolosi pour rejoindre le refuge. Entre Randazzo et Bronte, de petites routes indiquent « Etna » et montent vers le volcan. Elles traversent de beaux paysages, et se finissent en cul de sac sur des chemins. Celui que nous avons suivi montait vivement vers le cratère, mais sans jamais nous le montrer. Couvert de pelouse rase bien verte, dans des bosquets de petits arbres, bordé de magnifiques ânes respirant la sérénité et la santé, nous l’avons quitté à regret à la nuit tombante. Assurément ce chemin méritait de lui consacrer une journée.

A Bronte, nous avons trouvé une boutique de pistaches en vrac le long de la grand route. Assurément les meilleures pistaches du monde, celles qui ont le petit goût souffré de la lave de volcan où elles poussent.

Au final Etna: pas vu, ce qui est une grosse déception.

Hébergement : Rifugio Sapienza. 60 euros par nuit .
C’est un hôtel confortable, avec des chambres pour deux ou plus, des salles de bain individuelles, et un restaurant très convenable. Un buffet petit déjeuner inclus de bonne tenue.

J’aimerais tant voir Syracuse, 2019.

Cette ville phénicienne, puis grecque, puis romaine, regorge de vestiges de l’Antiquité. Puis, détruite au 17èmesiècle par un tremblement de terre, elle a été reconstruite dans un style baroque.
J’ai retenu :

Le théâtre grec.

En novembre, on y est quasiment seul. C’est étrange de penser que il y a de cela 2500 ans, les gens se faisaient une beauté et se pressaient par milliers pour voir une pièce d’Eschyle.

Théâtre grec de Syracuse

Les Latomies

Les latomies étaient des mines dont on extrayait les blocs de calcaire, pour la construction des monuments. Leurs plafonds se sont effondrés lors des tremblements de terre. Ces affaissement ont ouvert plusieurs cuvettes micro-tempérées, qui entourent Syracuse. Les prélèvement de calcaire ont aussi laissé des grottes, la plus célèbre étant appelée l’Oreille de Dyonisos, rigolotte mais pas révolutionnaire non plus.

L’oreille de Dyonisos, Syracuse, une mine de blocs de pierre

Le cirque romain

Il est colonisé par la végétation, ce qui m’a fait penser aux représentations du Colisée au 19èmesiècle, follement romantiques.

Santuario della madona delle lagryme.

Ici, un portrait de la Madone a pleuré, ce qui mérite assurément de marquer le coup. Ce sont des architectes français qui ont conçu cet étrange cône de béton. C’est étonnant de l’extérieur, et spectaculaire de l’intérieur. Petite statistique, dans mon couple, 50% des gens ont été séduits, 50% ont détesté.

Ortegia,

L’ile est charmante et reposante, avec ses bords de mer, ses jardins cachés, ses ruelles méditerranéennes typiques, ses placettes ; j’adore les façade baroques aux couleurs douces et chaudes, ocres, briques, brunes, roses, beiges, défraichies voire un peu décrépites. Ici, la culture de la plante en pot est un art.

La Piazza del Duomo est très belle, bordée de beaux monuments, de lampadaires en fer forgé.

La Piazza del Duomo, Syracuse

La cathédrale, le Duomo, a été construite en récupérant un temple grec, les colonnes sont bien visibles sur la paroi gauche et à l’intérieur. Etonnant.

Le Duomo, construit sur un temple grec, Syracuse

Hébergement à Syracuse

Hôtel Scabadero,  48 euros par nuit: ce prix s’explique par une localisation sur la terre ferme, mais à 10mn de marche de l’ïle, sur un quai de marina bien moins sexy que les photos de leur site internet ne le laissent imaginer. C’est neuf, propre. Notre chambre était spacieuse et impeccable, mais sa porte-fenêtre en rez de chaussée sur rue était très désagréable. Le buffet petit déjeuner inclus était convenable. Le service et l’accueil étaient attentifs et souriants.

Manger à Syracuse

Les petits cafés-bars du Corso Umberto: donc sur la terre ferme : on y déjeune d’un arrancino et d’une boisson pour 2,5 euros par personne. Bien sûr, le prix triple pour la même prestation sur l’île d’Ortegia.

Restaurant le Troubadour.

Les panini–frites sont à moins de 10 euros, le service est efficace et gentil sur une petite terrasse abritée

Trattoria la Spigola (= loup de mer, bar)

C’est un restaurant de poisson, comme son nom l’indique. Fréquenté par des indigènes exclusivement, il propose la pêche du jour et différents plats de poisson. Ils annoncent très honnêtement, à la présentation ce qui est frais ou décongelé. L’espadon à la milanaise, pané avec des pistaches, c’est un régal.

 

LA destination en amoureux, Taormina

Petit St Tropez perché, Taormina est une succession d’hôtels romantiques le long d’une grande rue de boutiques chics. Le village offre un panorama époustouflant sur la mer, l’Etna, et le village de Castelmola qui le surplombe. Nous avons logé à l’hôtel  Villa Schuler , choisi par Chéri-chéri.  Ancienne villégiature, la maison a gardé son style surrané des années 1900. années mille neuf cents, mais impeccable, comme savent le faire les italiens, avec ses moulures et ses frises couleur vanille, ses vitraux, ses carrelages d’époque, ses vieux radiateurs en fonte (mais la clim’), ses boiseries et ses oeuvres d’art bourgeois. Chéri a obtenu un tarif hors saison à 130 euros, et nous avons été en plus surclassés dans une chambre à 300. Bonheur, une chambre grande, avec un balcon sur la mer, une belle salle de bain avec une baignoire balnéo. Dans l’Orangerie qui surplombe la mer, le petit déjeuner est servi sur carte, à volonté.  On a une petite terrasse panoramique sur le toit. Le service de garage n’est pas du luxe dans ce village absolument inadapté à la voiture. Le genre d’endroit délicieux, reposant et romantique en diable qui vous ferait douter de la pertinence des voyages pas chers.

Le restaurant Granduca est assez chic, offre des baies vitrées avec une vue magnifique, et propose, comme alternative à des plats plus sophistiqués / onéreux, des pizzas à moins de 10 euros.

A voir absolument, le théâtre grec, de pierre et de brique rose, dominant la mer. Un endroit exceptionnel.

Théâtre grec de Taormina, Sicile

De Taormina, on peut aussi faire de la randonnée, en montant vers Castelmola. C’est un village classé sur la liste des plus beaux villages d’Italie, ce qui paraît un peu surfait. La spécialité y est le service trois pièces de ces messieurs, décliné en porte clé, carafes, bouteilles, etc… de belles idées de cadeaux pour les fêtes qui approchent. On peut aussi descendre à la mer (il y a un funiculaire), se baigner ou faire de la plongée. On peut vite s’ennuyer aussi. Et donc vider son compte en banque dans les boutiques pour s’occuper, ce qui n’est pas nécessaire puisque ici, votre compte se vide tout seul: manger, boire, garer la voiture, tout est cher.

Catane

Jolie ville du sud, avec ses terrasses bordées de cafés et de façades baroques, pour passer le temps en attendant l’heure de se pousser à l’aéroport. Sans plus.

Conclusion

Ces week-end de Novembre sont un casse tête : où aller pour avoir un temps agréable sans aller trop loin ?

La Sicile en Novembre, c’est hors saison, avec des tarifs très avantageux en terme d’avion et d’hôtels. Nous avons eu très peu de touristes sur les sites archéologiques, ce qui est sympa.

Nous avons eu un temps doux, autour de 20°, mais un régime d’averses et d’éclaircies à alternance très rapide. La météo bretonne, en comparaison, est un exemple de stabilité. Nous avons aussi bien fait des visites d’arènes au soleil, que stationné deux heures dans une pâtisserie, à boire des chocolats chauds et à manger des pâtisseries aux agrumes ou à la crème, en attendant une accalmie. La neige a empêché notre trek sur l’Etna, et ça, c’est un vrai problème. En effet, l’Etna est une vraie montagne à plus de 3000 mètres d’altitude, avec de la pente, de la neige, des caprices météo, un soleil aveuglant… ce que je n’avais pas tout à fait mesuré, plus habituée aux volcans de Sumatra et de Java.

Sauf bonne nouvelles de dernière minute, auquel cas je corrigerais immédiatement cette information, nous avons subi deux déboires financiers à hauteur de 400 euros en 4 jours, ce qui gâche les vacances :

Guide touristique. Ce voyage a été accompagné par le Guide Vert Michelin « Sicile »  2017. Ce guide très orienté culture ne vous laissera ignorer aucun vieux caillou conservé dans un soubassement d’église.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*