Restaurant La Sommelière, Lyon

La Sommelière est un des restaurants lyonnais portés par un chef japonais. Avec T. KIKUCHI et  la sommelière S. HASEGAWA, on touche à la perfection. Ils ont décroché leur première étoile Michelin cette année.

Le Restaurant la Sommelière

Il est situé à St Georges, dans le Vieux Lyon. C’est un établissement minuscule de 12 couverts. Le menu unique, qui change tous les mois, comportait:

  • un cocktail maison  crémant, gingembre, verveine c’est très subtil, à copier à la maison sans vergogne
  • une bisque de crevette et œuf, alliant l’onctuosité du jaune d’oeuf et le croquant des crevettes
  • de la poitrine de porc laquée, tellement moelleuse et douce qu’on aurait dit une gourmandise
  • le poisson du jour poëlé à la perfection avec ses petits légumes
  • un granité menthe- limoncello
  • un canard rôti et en boulette qui peut être fier de lui
  • un assortiment de 3 fromages exceptionnels
  • un dessert fruit de la passion, émulsion de poire, tout en délicatesse
  • un « quatre quart », mais pas comme le mien: creux et garni de thé fumé… comment font-ils ça ??
  • des mignardises qui étaient de micro macarons glacés,  je ne me souviens plus le détail, un ravissement

Juste la bonne quantité pour sortir comblé mais en profiter jusqu’à la fin. Des plats ravissants, avec sauces et des garnitures, mais pas pour faire joli sur Instagram, pour transcender les saveurs. Enfin, un art des associations de consistances que je trouve typiquement japonais.

Tout ça accompagné de 4 verres de vins absolument exceptionnels.

Ajoutez à cela un accueil tout en élégance, et une décoration zen. Une soirée éblouissante, c’était assurément un des meilleurs restaurants de ma vie.

Pourquoi y a-t-il autant de Chefs Japonais à Lyon?

Takao Takano, le 14 Février, Les Canuts et les Gones, l’Ourson qui boit, en Mai fais ce qu’il te plait,,…? Hé bien parce que lÉcole de Cuisine Tsuji d’Osaka, sous l’impulsion entre autres de Bocuse, a ouvert deux annexes dans la région: à Liergues dans le Beaujolais, et à Reyrieux dans l’Ain. Les meilleurs élèves japonais apprennent la cuisine française pendant un an  à l’école Tsuji au Japon, avant de venir se perfectionner dans la région. Certains restent.

Merci pour ce bel héritage, Monsieur Bocuse, et bienvenue à tous ces honorables chefs nippons qui nous régalent avec leur interprétation si subtile des ingrédients français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*