Randonnées autour du canyon du Verdon

Avides de verdure et de grands espaces, avons terminé le troisième confinement dans le Verdon avec l’objectif de faire le sentier Blanc-Martel, dans le plus grand canyon d’Europe. Nous avons commencé par quelques randonnées d’échauffement, le topo-guide « les Alpes de Haute Provence à pied » en main.

Hébergement à Les Salles sur Verdon

Décidés au dernier moment, car « vacances confinées » c’est un peu un oxymore, nous avons réservé au dernier moment au studio-hôtel Plein Voiles, à Les Salles sur Verdon. Les Salles, c’est un de ces villages martyrs inondés par la création d’un barrage dans les années 70, avec les habitants expropriés, l’église dynamitée… Egoïstement, quand je contemple les eaux incroyablement turquoises du Lac de Sainte Croix, je me dis que ce n’est pas qu’un échec.

Les eaux turquoises du lac de Sainte Croix, Alpes de Haute Provence

Au final, c’est un village nouveau sans âme, sous forme de station balnéaire, et en plus vide en période de confinement. Nous avons logés à l’appart-hôtel les vagues, honnête cage à lapins, propre et fonctionnelle, avec un balcon avec vue sur l’eau, « pour madame », dixit le gérant, qui semble penser que l’eau plate c’est un truc de gonzesse. Dans ce village, il y a une boulangerie, une supérette et un office du tourisme. En temps normal, il y a même des restaurants. C’est le pied de courir autour du lac.

Pour l’hébergement, Moustiers Sainte Marie est un village absolument ravissant, tout en pierre, à flanc de falaise, avec maisons de pierre, ses ruelles, ses ponts, son aqueduc. Encastrée dans une faille de la falaise, la petite Chapelle de Beauvoir est une chapelle de répit ; il s’agit d’un lieu saint où les enfants-morts-nés ressuscitent juste le temps de les baptiser. Ce petit tour de passe-passe réanimatoire permet qu’ils aillent au paradis au lieu d’errer dans les limbes pour l’éternité, ce qui est bien injuste pour ces petits êtres qui n’ont pas eu le temps de péché. La religion répond ainsi habilement à une faille de son dispositif de rédemption.  Un pensée pour les pauvres non-mamans, qui devaient, immédiatement après un accouchement pour rien, faire l’aller retour à la chapelle, et Dieu sait que ça grimpe et que ça glisse, avec leur bébé mort dans les bras.
Moustiers, c’est un régal, un week end de confinement pluvieux hors saison. En surchauffe en été, ça doit être une terrible zone touristique, en témoignent les dizaines de magasins d’artisanat (faience, produits dérivés de la lavande,..) glaciers, restaurants. Les parkings hauts sont payants.

Randonnée N° 17 Sommet de l’Agra.

C’est une randonnée de 13 kilomètres environ avec 800 mètres de dénivelé positif, pour atteindre l’Agra à 1500m. Nous avons mis 5h30 comme annoncé, avec une courte pause casse croute à midi à l’abri de la pluie, sous le mirador du sommet. C’était un tour agréable mais pas éblouissant, le plus souvent à l’abri des arbres, sans aucune difficulté.
Le départ se trouve sur le parking à l’entrée de Saint Jurs, joli village à flanc de montagne à la limite du plateau de Valensol. Il est bien typique, avec ses maisons en pierre étagées et son église qui domine le tout. Pas d’épicerie, il faut faire le plein  .
On est en vacances. Il est donc sage de commencer tranquillement par un petit café sur la terrasse « Le bout du monde ». Leur terrasse au dessus de la place du village, offre une jolie vue sur plateau.

On commence par une montée dans les bois défigurés par une (nouvelle ?) piste forestière qui va au col de Jurs. On marche souvent en contre bas de cette piste, avec l’impression de marcher dans le caniveau. Nous avons fait la rando en mai, par temps couvert, donc très peu de monde sur la route, pas de vrai souci. En plein été avec beaucoup de passage et la poussière, ça doit être très désagréable.
A partir du Collet, très belle rando. Attention, au collet justement, le circuit est en forme de 8 , et c’est ici que se croisent les deux boucles, après être redescendu de l’Agra.
La montée alterne bois et espaces dégagés avec des buis encore jaunis par le froid, et des buissons argentés à fleurs blanches dont j’ignore le nom, c’est très beau. Agra belvédère, très belle vue sur vallée de la Durance et le Lac de Ste croix.
Long segment qui redescend à Saint Jurs est très agréable, par la piste Mouresse qui traverse et longe des ruisseaux, passe aux ruines de Négaras. Dommage que nous ayons dû crapahuter dans une zone dévastée par la création de euh, peut-être un circuit de moto-cross ?

Si vous êtes basés près de Moustier, nous avons trouvé au bas de la piste Mouresse un sentier qui allait à Moustier avec une distance annoncée de 7km. Cette option permettrait aux courageux de rejoindre l’Agra et Saint Jurs à partir de Moustier en évitant une bonne demi-heure de voiture fastidieuse sur le plateau de Valensol.

 

N° 13 Ravin de Trevans

Une randonnée de 3 heures magnifique, au moins aussi belle que le chemin Martel. On accède au ravin à partir du village d’Estoublon, sur le plateau de Valensol. On suit l’Estoublaisse, torrent de couleur menthe glacée.

Ravin de Trévans, par Estoublon

On passe des passerelles bien solides. On monte aussi à flanc de falaise le long du canyon, et, ayant le vertige, je qualifierais cette rando d’accessible et non pas de facile comme l’indique le guide. Par temps pluvieux, les pierres sont glissantes. Noter qu’au village-ruiné de Trévans, situé un peu plus haut, il ne reste rien à voir et rien pour s’abriter. Un plan accueille la marcheuse.

Plan des randonnées dans le ravin de trépans, Alpes de Haute Provence

Ce circuit passe fort près du circuit N° 14 « village de Poil » : à partir du point 4, monter à la Chapelle St André, et rejoindre le parking de Chabrejas (point 1) par le point 7 de la randonnée 14.

 

N° 14, Village du Poil

Ballade voisine de la précédente sur la carte, mais l’accès se fait par une vallée différente. Les deux vallées communiquent par un sentier balisé qui passe à la Chapelle St André.

On accède au point de départ par la D17, qui est une aventure à elle toute seule. Bande d’asphalte posée sur un chemin muletier dans la forêt, elle monte ensuite hardiment au flanc d’un ravin vertigineux, passe sous des rochers en surplomb, cela sans visibilité et avec très peu de possibilités de croisement. Heureusement, il ne passe presque personne. Absolument magnifique. On s’attend à tomber sur des paysages spectaculaires pour la marche.  Mais au final les remparts impressionnants protègent un plateau bucolique où cheminent des rivières, et où la randonnée est de niveau moyenne montagne sur d’excellents chemins. Au hameau du Poil deux maisons sont réhabilitées, et l’église est en cours de reconstruction. Il y a une fontaine.

Hameau du Poil, Alpes de Haute Provence

A ceux qui souhaiteraient faire ces deux randonnées en une journée, je suggérerais de se garer au parking de Chabrejas, via la trop méconnue D17, de faire la Vallée de Trévans en 1er par la Chapelle St André, de revenir et de terminer par le tour du Poil, moins physique.

 

Le Sentier Blanc-Martel, GR4

C’est une randonnée fameuse, dans le plus grand canyon d’Europe, objectif principal de notre séjour. Le chemin a été ouvert en 1905, aménagé en 1928.

Canyon du Verdon, passage du GR4

La randonnée fait 16 kilomètres du Chalet de La Maline au Point Sublime (sens conseillé). Une grande question est le voiturage retour entre les deux points. A part  double voiture (une garée en haut, l’autre en bas) et l‘auto-stop, il y a la navette publique (5 euros) et le taxi.
La navette publique ne fonctionne que le week end , et tous les jours matin et soir en Juillet et Août. Donc pour nous, qui avions choisi un jour de semaine pour éviter la foule d’un long week end et pour viser une météo favorable, c’était taxi. D’après le taxi, quand la navette fonctionne, le problème est la quantité de passagers à gérer ; elle fait des rotations sur une heure. Comme il n’y a pas de réservation, il ne serait pas exceptionnel d’attendre plusieurs heures sur un parking pour commencer sa randonnée à 11 heures du matin. Nous avons contacté un peu au hasard le taxi piloté par Arnaud au 06 20 32 87 47. Il est très sympa, a groupé 4 voyageurs pour un trajet à 10 euros par personne.

La rando est très belle, avec une préférence pour la Mescla et la fin du parcours. Ailleurs, on est souvent très au dessus de l’eau, plus ou moins cachée par les arbres. Bien penser à lever les yeux pour mesurer la hauteur des falaises ! Le chemin est sans difficulté technique, à moins d’être un vrai vertigineux. En particulier, les échelles de la brèche Imbert sont très sécurisées et sont très souvent entourées par les parois rocheuses. On est plus près de l’ambiance montée d’escalier que qu’acrobatie aérienne. La lampe de poche est absolument indispensable dans les tunnels. Nous avons mis 6H 30 pauses comprises.

Chemin Blanc Martel, vue du Verdon à partir d’un tunnel

Le taxi voulait que nous laissions la voiture au parking du couloir Samson : c’est une mauvaise idée que nous avons refusée. Il vaut mieux se garer au Point Sublime, et faire à pied la remontée agréable du premier parking jusqu’à ce point de vue remarquable. Après le selfie, on va boire quelque chose de frais à l’Auberge du Point Sublime, si on est hors confinement.

Petit tour à Bauduen.

Village proche du barrage de Ste Croix, très bien conservé et beaucoup moins touristique que Moustiers. La grande terrasse du Café du Midi est au dessus de l’eau.

Conclusion

Quatre jours de ballade dans un environnement exceptionnel, et une envie très forte de retourner dans les Alpes de Haute Provence.

Une réponse à “Randonnées autour du canyon du Verdon”

  1. Ping : week end à Ornans – Blog tour du monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*