Quelle grande randonnée pour l’été du confinement?

Le 1er confinement du 3ème millénaire nous est tombé dessus. «Je crains qu’il ne soit pas raisonnable d’imaginer voyager loin à l’étranger ». « Le tourisme ne pourra reprendre que de façon concentrique, dans un premier temps, avec une clientèle d’ultra-proximité » Cet été sera donc français, voire régional, il faut s’y préparer. Alors, nous pensons Grande Randonnée.

Grande Randonnée pour retrouver la nature, la sensation de liberté, faire vivre nos corps après ce long confinement. Marcher sur les chemins de France, comme Tesson, Kahn, Lacarrière,… Marcher parce que c’est bon pour le cerveau:  Matthiessen, Laval

Donc, entre couture de masques en tissus, pour diminuer les déchets,, course à pied, ménage, tri, méditation, et mijotage de petits plats, on réfléchit fort. Quelle randonnée de deux à trois semaines pouvons nous organiser ?

1. Les sentiers de Grande Randonnée qu’on ne prendra pas en 2020.

On élimine d’abord les sentiers qu’on a déjà parcourus :

Le Puy en Velay – Millau, par le chemin de Stevenson (GR70) et le GR7.

C’était notre première randonnée longue, de gite en maison d’hôte, et nous avons adoré le massif central sous le soleil. On a subi des nuits blanches dans d’anciens dortoirs déglingués qui accueillaient des randonneurs en patogas dans les années 70. On a ronronné dans des maisons d’hôte et des auberges aux styles très différents: mais toujours, des diners copieux et bien arrosés, des soirées amicales, des couchers tardifs et petits déjeuners gourmands. la nuit à l’observatoire du Mont Aigoual est un moment étonnant. C’était une première randonnée organisée par des débutants enthousiastes, avec des étapes trop longues et sans jour de repos. Bref, on est arrivés sur les rotules.

Randonnée 2020, Le Chemin de Stevenson

  

Le GR52 de St Martin de Vésubie à Menton par la Vallée des Merveilles.

Le programme était un peu plus réaliste, mais nous n’avions pas encore admis l’intérêt des bâtons en montagne, et transportions notre matériel de camping. On a pleuré nos mères. Car nous avions réservé les repas dans les gites, mais pas les nuits, l’idée était de bivouaquer. De dormir libres, mais sans s’interdire de temps en temps un lit et une douche, si il y avait de la disponibilité. Au final, on a trainé tout le matériel de camping pour une seule nuit sous la tente, et la seule nuit d’orage. Ce n’était peut être pas un hasard, d’ailleurs, si le gite était complet ce soir là ; les autres avaient triché en consultant la météo. Une randonnée physique, magnifique. Des cols raides, des névés, des chamois et des mouflons. Des rencontres attachantes, drôles, intriguantes. Tremper les pieds dans la mer à Menton était exatique. Enfin, la route du retour à St Martin de Vésubie : par train de Menton à Nice puis le car.

Grande Randonnée: Vallée des Merveilles, Baisse de Basto

Grande Randonnée: Vallée des Merveilles, Baisse de Basto

Le Tour du Mont-Blanc (170 km, GR TMB)

Nous nous sommes offert les variantes par le refuge Robert Blanc et le Lac Blanc, nos plus belles étapes, qui me laissent des souvenirs inoubliables. Cette fois on avait compris, bâtons, sacs minimalistes, nuits en refuge. Un régal, pas technique mais pentu, et fréquenté en Août. Ne faites pas comme nous, le mauvais plan, c’est de partir de Chamonix: on ne sait pas ou laisser la voiture. Préférer St Gervais, les Contamines, ou n’importe ou ailleurs sur le circuit. Le dénivelé quotidien de 1000m nécessite d’être en forme, mais le chemin classique n’est jamais technique ni vertigineux. On a des panoramas somptueux sur les glaciers du Massif du Mont Blanc, on  passe en Italie ce qui est toujours un plaisir, et en  Suisse.

Grande Randonnée: Refuge du Lac Blanc, Tour du Mont Blanc

Grande Randonnée: Refuge du Lac Blanc, Tour du Mont Blanc

Le GR-R1 à La Réunion.

Un périple absolument extraordinaire par le dépaysement, la flore tropicale, les paysages volcaniques faits de goulets et de remparts, la gentillesse de l’accueil. De nombreux sentiers permettent de faire son itinéraire pour visiter les trois cirques, Cilaos, Salazie et Mafate, et monter au Piton des Neiges. Les plus de 1000 mètres de D+ quotidiens, souvent aménagés en escalier et le rhum arrangé du soir garantissent un prompt endormissement. Un des volcans les plus actif du monde, le Piton de la Fournaise, se trouve ici, en France. Une randonnée à faire dans sa vie, de préférence en Octobre ou Novembre pour profiter de la saison sèche.

Grande Randonnée: GRR1, La Réunion

Grande Randonnée: GRR1, La Réunion

On ne fera pas non plus le pèlerinage dont je rêve:

La Via Francigena,

Chemin de pèlerinage moins célèbre que Compostelle, il va de Canterbury à Rome. Je prévois de l’attraper avant les Alpes et de le suivre jusqu’à Rome puis de continuer jusqu’à  Pompei: c’est la première partie de mon Tour du Monde de ma retraite anticipée, prévue dans 2-3 ans.

 

2. Il nous reste, parmi les plus beaux chemins de France :

Le GR 5, E2 pour les européens,

Il descend de Rotterdam à Nice. En France, il traverse les Vosges, le Jura puis les Alpes. A partir de Genève, il rallie le Parc de la Vanoise, Briançon, Le Queyras, le Mercantour.  Les Alpes sont magnifiques, avec des vallées verdoyantes, des pierriers, des cimes enneigées, des ascensions de cols exigeantes récompensées par des vues à couper le souffle. Les vaches carillonnent, les bergers grognent, les chiens aboient, le randonneur passe. Les refuges y sont bien rodés, les villes bien desservies par les transports en commun.

Le GR10 va de Hendaye sur l’Atlantique, à Banyuls au bord de de la Méditerranée,

Il traverse les Pyrénées de Banyuls à Hendaye sur environ 1000 km. Nous avions envisagé d’en faire un bout il y a quelques années. Les villages et les gites nous avaient paru très éloignés les un des autres, ce qui avait fait que l’organisation des nuits et des ravitaillements nous avaient paru compliqués. Le port du matériel de camping et de deux à trois jours de ravitaillement semblait incontournable : on n’avait pas envie. Et je me méfie de la météo, volontiers pluvieuse, sur le versant nord des Pyrénées. Je préférerais parcourir son alter-ego versant espagnol, si il existe, pour les conditions climatiques et le canyonning.

Le GR 20 permet de traverser la Corse

Il va de Calenza à Conca en 15 jours; j’ai tendance à penser que c’est ce qu’il faut faire cette année, pendant qu’on est encore en jambes après un trek au Ladakh l’an dernier. Ce serait, c’est discuté, le plus dur de France, le plus physique et le plus vertigineux, il serait trop fréquenté…. mais il y a la mer en ligne de mire.

Le Chemin de St Jacques (GR65).

Il est clair qu’on n’arrivera pas en Gallice en trois semaines. Il sera certainement beaucoup trop fréquenté pour notre confinement ressourcement estival. Les paysages traversés sont magnifiques, les villes de pèlerinage remarquables, l’hébergement et le ravitaillement parfaitement au point.

La Grande Traversée du Vercors, GTV

C’est en vérité une boucle de 350 km. Pour avoir randonné souvent dans le Vercors, je sais que, malgré des altitudes modérées, à moins de 2300 mètres, on y trouve des sentiers bien sportifs. C’est près de chez nous, c’est donc plus judicieux de garder ces chemins pour des grands week-ends. Trois idées pour une journée: la Grande Brèche, le Pas d’Ernadant et le Pas de l’Ours.

Le Queyras, avec le GR 58 et ses GR de Pays,

Le massif offre un magnifique terrain de jeu, avec une multitude de variantes jusqu’en Italie. Méridional, mais verdoyant et bien irrigué, il permet d’espérer une météo propice au camping. Inconvénient, c’est difficile d’accès.

Le Tour des Ecrins, GR54

Séparé du précédent par la Durance, il est plus montagnard, plus minéral avec de belles vues sur les glaciers. Compter 15 jours.

Le Chemin de l’Aubrac à Saint Guilhem, 240 km, et le sentier Cathare à partir de Foix:

Très beaux parait-il, mais caniculaires en été, à mon humble avis. Deux lignes droites pour une semaine de marche environ.

Le Tour des lacs d’Auvergne, ou GR 30,

Très beau également: 200km dans les forêts, une montage à vache bien vallonnée, un terroir gourmand, des lacs de volcan comme des bijoux, la région a bien du charme. On est en moyenne montagne : c’est pour plus tard, quand on aura mal aux genoux. Au retour, on fera une thalasso à La Bourboule.

Conclusion.

Cet été on randonne. Il est fort probable que les refuges travailleront en configuration ouverture partielle, voire uniquement camping et pique nique, pour d’adapter aux règles sanitaires.

On a (presque) choisi, et vous ? Avez vous une autre idée?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.