Que mangent les flexitariens ?

Etre flexitarien, c’est essayer d’être végétarien. Le végétarien ne mange pas d’animaux morts, ni vivants d’ailleurs. Nuance sémantique pour déculpabiliser les petits mangeurs de viande et poisson ? Le flexitarisme aurait été inventé dans le cadre de la guerre contre le végétarisme pour donner bonne conscience aux omnivores et éviter leur « radicalisation » en végétariens, ou pire, végétariens, ou horreur, véganes.

Le flexitarien est sur la bonne voie. Il ne doit pas se décourager.

Pourquoi être végétarien ?

1. Des chiffres vertigineux.

On tue en France 3 milliards d’animaux par an pour les manger, dont 3 millions de bovins (Site Agrimer, rapports d’activité), 1,8 millions de tonnes de volaille, et 500000 tonnes de poisson et fruits de mer.

Les chiffres officiels sont difficiles à trouver dans les anciens rapports d’Agrimer, édités par le Ministère de l’Agriculture. maintenant ils n’osent plus, car les chiffres sont bien entendu repris par les végétariens et autres L214. Si les valeurs absolues des production de plantes aromatiques ou de blé sont clairement présentées, les chiffres des filières carnivores se cachent pudiquement derrière des pourcentages. On apprend également dans ces rapports d’activité que l’élevage français a bénéficié de 171 Millions d’euros d’aides financière en 2016.
Dans le monde,142 milliards d’animaux terrestres et 92 millions de tonnes de poissons, sont consommés chaque année.

2. Pour soulager la planète.

Il faut à un animal environ 5 kilos de protéines végétales pour produire un kilo de protéines animales (viande, lait, œufs) (source : Observatoire des Aliments ). C’est un non sens alors que nous sommes de plus en plus nombreux à devoir nous nourrir. On critique la déforestation pour cultiver de l’huile de palme, dans les pays tropicaux comme Sumatra, et c’est effectivement triste à voir.  Mais que dire de nos milliers d’hectares de maïs, arrosés en plein mois d’Août, destinés à nourrir des animaux que nous enfermons dans des hangars au lieu de les laisser paître dans des prés ?
Le gaspillage d’eau est également phénoménal. Le pompage de l’eau pour l’élevage bovin intensif est tel que le fleuve Colorado n’arrive plus à l’océan !

Les mers se vident d’année en année par de méthodes de pêche effrayantes ; ratissage des fonds marins par des filets longs de kilomètres, chocs électriques, autant de techniques non spécifiques qui exterminent tout être vivant. Les plongeurs le constatent, il y a de moins en moins de poissons.

3.Pour éviter la souffrance animale :

On ne parlera jamais assez des horreurs de l’élevage intensif, avec des animaux entassés ou contenus dans des cages minuscules, élevés sans sommeil sous un éclairage permanent destiné à les faire grandir plus vite. La  viande obtenue est épouvantable: les animaux sont bourrés d’antibiotiques pour éviter les épidémies, saturés d’hormones du stress et n’ont pas de muscles puisqu’ils ne peuvent pas bouger.

Notez que les œufs et les produits laitiers posent les mêmes problèmes d’élevage, et le massacre des poussins mâles qui sont tout simplement broyés vivants est un cauchemar. Ça, j’imagine que bio ou pas bio, c’est pareil. Et bien sûr, tous les produits chimiques et biologiques qui circulent dans le sang de la mère se retrouvent dans le lait et les oeufs.

Quand il y a une épidémie, de grippe aviaire par exemple, des dizaines de milliers d’oiseaux d’élevage sont massacrés et vont directement à la poubelle. C’est honteux. En France, en 2017, les abattoirs, usines à tuer, ont « produit  » 3,7 millions de tonnes de viande, de source certaine, le site internet du Ministère de l’Agriculture. Malgré les efforts en faveur du bien être animal qui sont affichés, les abattoirs font régulièrement la une de l’actualité pour des agissements cruels.

4. Pour éviter des situations impossibles:

  • goûter des larves en Amazonie (vécu)
  • croquer un oeil de boeuf en Afrique
  • Boire du sang de renne encore tiède en Sibérie

5. Pour votre santé

Pour éviter le cholestérol, les cancers, la maladie de la vache folle,…

Le flexitarien sait tout cela, mais il craque :

Malgré tous ces arguments, il se laisse parfois aller:

      • Par gourmandise. La viande c’est bon. Surtout quand on en mange rarement et de qualité. Et le poisson, c’est top. Et le foie gras…
      • Par lâcheté, face au gigot dominical de sa belle mère,
      • Pour « bien » recevoir ses invités, on n’ose pas proposer un repas sans viande. Il faut mettre le sujet du végétarisme sur le plateau, et souvent on se découvre des opinions communes. Quelle désarroi quand on réalise qu’on se force depuis des années à manger la viande offerte par des amis végétariens qui se sont fait violence pour l’acheter… voici des recettes pour un apéro végétarien  ou de jolie tarte aux légumes pour tâter le terrain.
      • Au restaurant quelquefois, (rarement), il n’y a rien de végétarien. Alors notre sympathisant végétarien craque, parce que  les alternatives sans viande ni poisson sont aussi sans goût ni grâce:  » je vous mets des haricots verts et des frites ?« . Et parfois, entre les privations (oui, il faut le reconnaître) du sans alcool, sans sucre, sans viande, sans poisson, sans fromage, on se dit qu’on serait mieux tranquille à la maison avec un bol de quinoa.

Devenir végétalien:

C’est encore une autre affaire: Il faut se priver aussi du fromage, du lait, des oeufs, du beurre  de la crème, voire du miel …
Cuisiner sans ces ingrédients, c’est compliqué je trouve.
Quand on veut faire de la pâtisserie ou des crêpes, il ne faut pas faire des échanges d’ingrédients à la légère, ça ne marche pas. Il faut faire des recettes végan étudiées pour ces ingrédients exactement, sinon c’est l’échec assuré. On peut diminuer au maximum sa consommation : un œuf au lieu de deux, laits végétaux, huiles à la place du beurre, crèmes de soja.

Soyez des végétariens gentils

    • Ne persécutez pas ces pauvres bouchers qui sont déjà terrorisés par des jeunes filles véganes anémiques.
    • Ne taxez pas de mauvaise foi les carnivores qui démontrent que les champs de blé tuent plus d’animaux que les abattoirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*