Phobie en plongée. Saison 1

Comme tous les enfants de ma génération, j’ai rêvé devant les documentaires du Commandant Cousteau. Après j’ai eu autre chose à faire.

En 2010, j’ai décidé que l’heure était venue, et j’ai réservé au printemps une semaine de plongée en Mer Rouge pour mes enfants et moi. Le sort en a décidé autrement, puisque l’éruption du Volcan Eyjafjöll a entrainé un blocage complet de l’espace aérien français pendant plusieurs jours. Nous avons dû nous résoudre à visiter Paris à la place.

L’été 2017 lors d’un périple Java – Bali, je me suis inscrite à une journée de baptême plongée à l’ile Pulau Menjangan. Je nage kilomètres sans souci, je n’imaginais pas avoir des difficultés. Chéri a opté pour le snorkling.

Après un exposé en anglais approximatif, après avoir été harnachée dans les règles et jetée à l’eau, stabilisateur dégonflé, me voici au fond pour les exercices de base. Vidage du masque sans souci, mais le coup du détendeur dehors et la bouche ouverte sous l’eau, je ne sais pas, sûrement  je n’y crois pas assez et je bois la tasse. Le guide laisse tomber l’affaire et nous voici partis pour une ballade de rêve. Nous étions un guide et trois débutants. Emerveillée par le fond marin, je godille gentiment jusqu’au moment où je réalise que j’ai perdu les autres. Je les retrouve grâce à leurs bulles et puis voilà.

L’après midi, on me rejette à l’eau, je n’ai sûrement pas compris quelque chose, je me retrouve perdue du mauvais côté du bateau ; vexée , angoissée à l’idée de reprendre les exercices, bref, j’abandonne et me rabats sur du snorkling.

Le lendemain, chéri est patraque, je repars seule pour une journée de plongée, c’est dire ma motivation. J’indique fermement que moi, hein, je ne veux pas ouvrir la bouche sous l’eau. Je passe pour une andouille, mais à part ça  les plongées sont formidables, depuis j’en rêve la nuit.

Enthousiasmée, je décide que l’Open Water Diver est un des objectifs 2018. Je  compte répéter les plongées à l’étranger, je veux maitriser un peu les choses.

Inscription dans un club du Sud, pour passer ce fameux OWD en trois jours. Réussite de la théorie en ligne sans encombre. Attention, si vous vous y engagez, la théorie est assez longue à valider.

Le premier jour, je suis très déçue car nous devions être seulement à deux avec chéri, mais un 3ème larron est joint au groupe de formation owd. J’espérais avoir le temps pour hésiter, pinailler, recommencer pour bien m’approprier les techniques. Nous voici embarqués à bord du bateau avec chéri, notre nouvel ami, et un instructeur autiste. L’eau est sombre, froide, elle bouge. Rien à voir avec l’ambiance aquarium des eaux tropicales. L’angoisse monte. Dûment harnachée, je fais le pas de géant, et là, panique : je me souviens que quand on ouvre la bouche sous l’eau on se noie, mon corps hurle nooon ! ce n’est pas ton élément, ne te laisse pas engloutir, et mon cerveau dit tous ces exercices c’est trop l’angoisse, on est trop empotée, on ne va jamais y arriver. Je remonte.

L’après midi, le moniteur me descend à part pour rattraper le temps perdu, mais mon corps hurle nooon ! ne te laisse pas engloutir, tu sais qu’il est impossible d’ouvrir la bouche sous l’eau sans se noyer, mon cerveau dit ça sert à rien on va retarder tout le monde. Je remonte. Chéri persévère.

Le deuxième jour, un autre moniteur me dit il faut faire les exercices juste à 50cm sous l’eau, et ça marche. Il dit maintenant que pour l’OWD c’est cuit, renouons juste avec le plaisir de la plongée, sans faire d’exercice. C’est génial. En plus j’adore l’ambiance et les gens. Chéri continue.

Le troisième jour, le matin en préparant ma valise, crac, je réveille gravement le lumbago aigu de la semaine précédente.  Ô plage, ô désespoir. Chéri réussit son OWD.

 Bilan des courses ; chéri qui avait juste fait trempette il y a 20 ans et n’avait rien demandé a son OWD en poche. Bécassine s’est découvert une aqua-phobie et a mis 3 jours à se convaincre que, jusqu’à 50 cm sous l’eau, quand on ouvre la bouche, on ne meurt pas.

En conséquence, baptêmes le plus souvent possible été 2018 et inscription à un Club pour faire les choses à mon rythme à la rentrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*