Organiser un Tour du Monde en amoureux

Votre couple a résisté aux confinements et couvre-feux. Vous restez motivé pour votre Tour du Monde, même si la Covid rend l’avenir touristique incertain. Alors, dérouler une carte du monde est une bonne façon de chauffer une soirée de la St Valentin.

Entrainer l’Autre dans son Tour du Monde

Partira-t-on ensemble ?

Les célibataires n’ont pas d’état d’âme à ce sujet, à moins d’avoir peur de partir seul.e.

Vivant à deux, il est difficile de renoncer à un projet aussi précieux qu’un Tour du Monde dans une vie, parce que le conjoint ne veut pas partir. Difficile également à 60 ans de faire table rase du passé. Face à un conjoint casanier, c’est un long travail de le mettre en marche, mais il ne faut pas désespérer. Des voyages progressivement plus loin et plus aventureux qu’à la Grande Motte, sans prendre trop de risque logistique au début, peuvent dédramatiser le voyage. Un conjoint amoureux acceptera d’entrer dans la négociation pour trouver un mode de vie itinérante acceptable.

Si on  est face à un refus catégorique, toutes les options sont à envisager, entre renoncer à une part de soi en restant, partir sans se retourner, partir faire des voyages longs seul, convenir de périodes de rencontre à l’étranger, passer à une relation virtuelle.

L’idéal étant d’avoir la même envie d’un voyage au long cours. Comme en tout, on n’est pas obligés d’être parfaitement synchronisés. L’un peu être moteur, exprimer son rêve, et attirer l’autre dans un projet qui ne lui était pas apparu ou qui lui paraissait complètement utopique.

Convenir d’une date de départ autour du Monde

Quand on se met en couple, on se focalise sur des choses futiles comme des centres d’intérêts communs, des valeurs partagées, la volonté de fonder une famille, l’attraction physique… et on oublie de vérifier qu’on est dans le même tempo pour le départ à la retraite. Trente ans plus tard, les enfants partis, il n’y a plus que ça qui compte. S’accorder sur une date de départ, c’est envisager le budget immédiat du voyage, et surtout les impératifs financiers à long terme. Les avoirs de chacun, les droits à pension, doivent être anticipés. On peut décider à deux, quelques années avant le départ, de se mettre en mode épargne extrême pour économiser l’argent manquant.

En ce qui nous concerne, les astres s’alignent sur 2023, mais à mon avis, il reste une marge de négociation entre mon mars 2023 et son octobre 2023. Juin ? Deux ans1/2, c’est mon dernier mot !

S’accorder sur les modalités du voyage

Quel sera le tempo ? Tour optimisé en un an, périgrination nez au vent sans date de retour arrêtée, stations longues dans des villes accueillantes, voire installation durable quelque part ?
Quels seront les modes de déplacement ? Vélo ? Autostop ? Avec ou sans avion ?
On dormira où ? Clim’ et piscine obligatoires ? Tente ? Habitant ?

Sans signer de contrat, échanger sur le standing du voyage est fondamental. Il est indispensable de mettre le curseur au niveau du plus « frileux» pour qu’il soit à son aise au long cours, et pour la survie du couple. Il faudra donc prévoir un budget en conséquence. De même, financièrement, envisager de profiter des activités possibles en chemin videra plus vite le porte-feuille.

Par exemple, Chéri-chéri m’a signifié que mon projet de Via Francigena ne le branchait pas – oh, tu n’as pas envie d’une petite rando à travers les Alpes ?

Concocter un itinéraire

Pendant que nous sommes encore gaillards et en bonne santé,  nous prioriserons les pays et les activités les plus engagés, là ou les soins sont le moins développés, comme le Népal, l’Amérique du Sud, l’Afrique…

Les USA, le Canada, le Japon peuvent venir plus tard, d’autant plus que ce sont des voyages coûteux à programmer quand nous aurons des revenus prévisibles. De même, nous garderons l’Europe pour nos vieux jours.

Chéri-chéri a acheté sa carte du monde à lui pour imaginer le voyage; en fonction de la saison effective de départ, nous commencerons là où la météo est optimale.

Mettre en route la machine à rêves

Les lectures, les blogs de voyageurs, sont l’occasion d’échanger et de se projeter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*