L’ombre d’Hannibal. Paolo Rumiz

Paolo Rumiz fait un road trip sur les traces de Hannibal Barca, le phénicien qui en 270 avant JC a passé les Alpes avec ses éléphants pour attaquer Rome.

Paolo Rumiz est un érudit, et il a rencontré tous les spécialistes du sujet sur son chemin. Il nous raconte cette épopée incroyable de façon vivante et documentée, en s’appuyant sur les récits de Polybe et Tite-Live.

L’itinéraire d’Hannibal

Sur les traces d’Hannibal, Paolo Rumiz

Notre conquérant a déclenché la 2èmeguerre punique (entre romains et phéniciens). A partir de Carthagène, comptoir phéniciens du sud- est de l’Espagne, une multitude de lieux ont gardé des noms évocateurs qui permettent de suivre son périple.

Paolo Rumiz tente de retrouver l’itinéraire exact de cette armée de 100000 hommes dans les livres de Polybe et Tite-Live. Ils passent le Rhône à Beaucaire, mais à partir de Orange, ça ne colle pas à la topographie des lieux. Un sage local lui donne un conseil de bon sens: . »Mon ami, quand on doit partir d’ici pour aller là–bas, qu’est-ce qu’on fait? Un périple? non, on se renseigne pour connaitre le chemin le plus simple. Donc essaie, toi aussi…. Le lendemain, à la brasserie du Siècle, je trouve un vieux à qui je demande: Monsieur, quelle est la route du Piémont? Il n’a pas un instant d’hésitation: Tout droit mon ami, Tu vas à Nyons, tu suis la D94 le long de l’Eygues, tu attrapes la Durance par la route Napoléon… »

Le point précis de passage des Alpes n’est pas élucidé. Le col Clapier a la préférence des historiens, car avec sa vue sur la plaine du Pô, il correspond au récit de Polybe. Il n’est pas exclu que l’armée se soit séparée pour passer à plusieurs endroits.

Hannibal Barca

Hannibal est un immense stratège, qui a appris aux romains – adeptes de la bataille rangée- la ruse des grecs.

La bataille de Cannes a été un massacre: prenant l’ennemi à revers, Hannibal fait soixante mille morts chez les romains, deux fois plus que Waterloo, plus que d’américains morts au Viet Nam. Cannes qui n’est pas du tout à Cannes, France, mais au sud-est de Rome. Paolo Rumiz rétablit d’ailleurs la vérité sur le site géographique exact de cette horrible bataille: elle a eu lieu à Castelluccio  et non pas à l’embouchure de l’Ofanto comme le prétend la version officielle. Après leur défaite, les Romains font preuve d’une mauvaise foi confondante: ils refusent de courber le tête et de quémander la paix: « le match n’est pas valide, l’adversaire a triché » Ben oui on a pris la pâtée, ben oui, mais non. Les bras en tombent à Hannibal, dont on retiendra qu’il sait vaincre mais qu’il ne sait pas tirer profit de la victoire.

Parenthèse: Une victoire à la Pyrrhus est une victoire à une bataille qui porte en elle les germes de la défaite de la guerre. Pyrrhus répondit à quelqu’un qui célébrait sa victoire que « encore une victoire comme celle-là et il serait complètement défait ».

Après ces rudes batailles, les phéniciens vont profiter des délices de Padoue puis prennent le maquis dans les Pouilles en attendant d’être rapatriés en Numidie et d’être vaincus pour de bon à  Zama par Scipion l’Africain, romain comme son nom ne l’indique pas.

Paolo Rumiz

C’est un journaliste et écrivain voyageur prolifique, qui fait chaque année un grand voyage en Europe, objet d’un livre. Hannibal c’était en 2007. Paolo Rumizl est très cultivé, et désagréablement dans ce livre, un certain nombre de ses références, qui me paraissent Italo-italiennes, me dépassent. Je ne parle pas des petites et grandes histoires que j’ai été enchantée de découvrir, mais de clins d’oeils non explicités pour les incultes.

En 2015 PR est resté plusieurs semaines dans un phare, voyage immobile préparant bien au confinement. Ce récit a obtenu le Prix Nicolas Bouvier 2015.

Conclusion

C’est un livre d’histoire, pas de voyage. Il est d’ailleurs impossible de suivre la route si on n’est pas un spécialiste des petites villes d’Italie, et il n’y a même pas de carte pour suivre. Je retiendrai juste que la région des Apennins a l’air magnifique, je pose une option pour de la randonnée et une punaise sur ma carte du monde. Et deux autres sur Carthage et Carthagène

Les Apenins, ou Hannibal a pris le maquis

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*