Le Marathon du Mont Blanc 2019 (42 km).

Voici le guide ultime pour l’accompagnatrice.teur qui ne court pas le prestigieux Marathon du Mont Blanc: organisation, hébergement, soutien au. à la coureu.r.se, comment passer le temps.

L’inscription au Marathon du Mont Blanc

Pour courir, il faut s’inscrire au tirage au sort en Octobre de l’année précédente et espérer gagner une des 2000 places. Le résultat est annoncé début novembre, on a alors un mois pour compléter son dossier en ligne.

il y a une liste de matériel obligatoire. L’équipement est contrôlé à la remise des dossards.
On peut confier un sac de vêtements de rechange à l’organisation, pour le récupérer à l’arrivée. L’après midi, la piscine municipale est gratuite pour les coureurs.

L’hébergement à Chamonix.

En raison de travaux en retard dans l’hôtel que nous avions réservé initialement, nous avons été relogés dans l’hôtel Mercure de Chamonix. Que du bien à en dire, confortable, soigné. à Chamonix. Ils servent un petit déjeuner pour les coureurs deux heures avant le coup de pistolet, et ils s’adaptent au modifications d’horaires! Parking souterrain payant. Pas de climatisation ni de piscine, mais ce n’est pas canicule toutes les semaines. 

Le départ du Marathon du Mont Blanc.

Surveillez mails et sms, l’heure de départ ou le parcours peuvent être modifiés en fonction de la météo.

Le départ se fait en 3 vagues espacées de 10 mn. C’est bien sûr l’heure réelle de départ qui sera prise en compte pour le chrono.

Comment passer le temps de la course.

Grâce aux techniques modernes, ont peut surveiller son héros sur le site « suivre les coureurs en live-Marathon du Mont Blanc ». Il suffit d’entrer le N° de dossard dans « rechercher » pour tout savoir : vitesse de course, passage aux contrôles, abandon éventuel, heures estimées de passage aux point à venir. L’heure prévue d’arrivée permet d’organiser son temps.

  • La vraie accompagnatrice aimante rejoindra son chéri à des points accessibles soigneusement calculés à l’avance. Elle  l’encouragera avec des barres énergétiques, des boissons reconstituantes, des massages pas plus haut que le genou. Le coureur pourra si besoin se mettre de la double peau, changer de pneus, poser ou prendre une veste de pluie, mettre un T shirt sec. Après s’être époumonés dans des vuvuzelas, les enfants accompagneront le redémarrage du héros sur 200 mètres.
  • La feignasse, boules quiès dans les oreilles et masque sur les yeux, mettra le réveil à 9h, et commencera la journée par un petit déjeuner reconstituant. Elle ira se fera masser aux huiles aryuvédiques au spa de l’hôtel. Un quart d’heure avant l’heure d’arrivée estimée de son héros, elle prendra un taxi pour la station de télécabine pour Planpraz  pour aller agiter un petit drapeau sur la ligne d’arrivée. En fait, chéri était déjà là depuis 10 minutes, car il faut savoir que les estimations en ligne sont approximatives. Prix de l’aller retour: 18 euros  à mettre sur le compte du coureur.
  • La lubrique ne devra pas lambiner pour être sur la ligne d’arrivée 3 heures 47 après le départ de la première vague de la course. Vêtue d’un short de course flottant noir moiré, d’un débardeur pigeonnant, de chaussures pas du tout pour courir, et d’une casquette branchée très visible, elle se montrera enthousiaste et abordera admirative les premiers champions. Les gars arrivent fringants, chargés en testostérone et en endorphines. Imaginez ces pauvres athlètes, dont les épouses se sont depuis longtemps lassées de passer leurs dimanches sur des lignes d’arrivée. L’un d’entre eux, trop triste d’être ainsi abandonné, après le massage médical et une bonne bière, peut aider à passer le temps en attendant l’arrivée du héros officiel. Bon, un peu jeune, le premier : 21 ans: il faut être cougarde, aussi. Lubrique ET cougarde.
  • La sportive toujours blessée accompagnera Chéri Chéri au départ, filmera le démarrage des stars  de son héros. Préalablement équipée pour la randonnée, elle montera au Brévent par le GR. C’est parfaitement fléché à gauche de la station de télécabine et jusqu’au sommet. On monte en lacets dans les bois, puis dans les rhododendrons en fleur de la piste de parapente. On a la vue sur le Mont Blanc tout le long, c’est grandiose. Planpraz, l’arrivée du Marathon du Mont Blanc, est situé à 2000 mètres.  De là, il y a trois possibilités pour accéder au Brévent (2500m): la piste carrossable, sans intérêt, très raide et rapide, et le GR par le col du Brévent (magnifique et sportif ; échelles). En Juin, les deux voies sont encore enneigés par endroits : j’ai dû renoncer au Col du Brévent, à 1360m.

Le col du Brévent, au dessus de Planpraz, Marathon du Mont Blanc

La troisième option est le téléphérique de Planpraz au Brévent : il y à là haut un panorama extraordinaire sur le Mont Blanc et un restaurant d’altitude.

Redescendre de Planpraz à Chamonix

Les télécabines sont gratuites pour les coureurs seulement. Les tickets s’achètent dans la cabane snack en face du terminal. Beaucoup de monde pour descendre, mais ça avance vite.

L’ambiance au Marathon du Mont Blanc.

C’est bondé en ville, mais je n’ai jamais vu Chamonix autrement ! L’ambiance est bon enfant et détendue, mêlant coureurs, sympathisants et simples touristes venus du monde entier. Les départs et arrivées de course sont étonnamment familiaux et sans chichi pour une compétition de niveau international.

Planpraz, arrivée du Marathon du Mont Blanc, Chamonix 2019

A Planpraz, on pique nique avec chiens et bébés le long de la dernière montée. Ambiance vide grenier, un peu. Les coureurs déjà arrivés se joignent à la famille et aux amis pour attendre les derniers. Car le Marathon du Mont Blanc, ça se joue volontiers à plusieurs. Sous un soleil de plomb, on se relaie pour encourager les coureurs, on les appelle par leur prénom, on est admiratif sur fond de franche rigolade. Les enfants grignotent, boivent, s’impatientent : « c’est quand qu’il arrive papa ? ».  Des parents suivent la progression de leur fifille. Des groupes étrangers confient au coureur un drapeau à brandir à l’arrivée. Des bandes hilares armées de jumelles repèrent leurs potes dans la montée et commencent à hurler 5 minutes avant leur arrivée. Passent goguenards, mêlés aux coureurs, sous les mêmes acclamations, les promeneurs du dimanche montés en téléphérique, des randonneurs du Tour du Mont Blanc chargés comme des mulets, des VTTistes passés là par inadvertance.

Après les élites qui donnent l’impression que ce marathon est une belle promenade de santé, peu à peu les coureurs arrivent de plus en plus fatigués. Au début trottinant guillerets parce qu’ils ont tenu leurs objectifs. Avec le temps les traits se tirent, on a repris la course seulement dans le dernier virage, ou même on n’a pas eu la force de redémarrer. On boitille, ça crampe, on marche seulement, mais on sourit, content au moins de finir. Bravo à tous, avoir eu le courage de s’inscrire, la persévérance pour s’entrainer et la volonté de finir, c’est formidable.

Les statistiques du marathon du Mont Blanc 2019.

Il a fait grand beau temps, avec 30° à l’arrivée.
Il y a eu 2344 partants, dont 18% de femmes. Il y a eu 302 abandons(13%), autant de femmes que d’hommes en pourcentage.

Le gros du contingent est représenté par les seniors (23-39 ans)et les vétérans1 (40-49 ans). C’est une course de gamins.

Les stars, Kilian Jornet, François d’Haene, Scott Jurek, n’étaient pas là. Ils courent l’UTMB, 160 km,  eux, à ne pas confondre.

Voici les classements en fonction des chronos:

temps 4h 5h 6h 7h 8h 9h 9h45
classement 7e 63e 200 571 1024e 1688e 2000e

Meilleur temps femmes : 4h34, hommes : 3h47

BRAVO A TOUS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*