Itinéraire Java-Bali, 3 semaines

Notre itinéraire  pour 3 semaines est parti du  Parc Ujung Kulon, plein ouest, et a traversé Java de part en part, pour finir par quelques jours de trempette à Bali. Java associe des paysages de rêves, des volcans en activité, de la jungle et des sites historiques remarquables. Depuis notre passage, une éruption du volcan Krakatoa a déclenché un tsunami qui a dévasté la côte ouest de Java.

Parc National de Ujung Kulon

Cette zone protégée, située sur le détroit de la Sonde entre Sumatra et Java, est réputée pour sa jungle, ses plages désertes et pour le volcan Krakatoa, à 40 km au large. L’accès touristique « normal » au parc ce fait à partir de Carita, station balnéaire de bonne réputation.

De Jakarta nous avons filé directement à Labuhan, en bus. Cette petite ville sans intérêt se trouve à la limite nord du Parc. A Labuhan, le bus nous a déposés à la gare routière, très en banlieue, tard dans l’après midi: nous n’avons pas vu le centre ville ni le bureau d’accueil pour touristes. Il faut dire que la nuit tombée n’incitait guère à l’exploration, et que nous avions conclu un accord pour un séjour dans le parc une heure après notre arrivée.

En effet, en pratique, les conducteurs de bus informent les guides locaux de l’arrivée de touristes. Un type agressif et insistant a d’abord essayé de nous vendre un trip, alors que nous étions encore en route dans le bus. Nous n’avons pas cédé. Ces mêmes guides vous rencontrent plus ou moins fortuitement peu après votre arrivée. Alors que nous marchions le long de la grand route, sac au dos, entre la gare routière et l’hôtel, dans un de ces moments ou on se demande pourquoi on a pas réservé 3 semaines chez Pierre et vacances, nous avons été abordés par un local sympa. Il était à mobylette, avec une blonde sur son porte bagage, ce qui est rare dans le secteur. Ils se sont arrêtés pour nous demander si nous avions besoin de renseignements et de fil en aiguille dans la conversation, nous avions appris que le gars organisait des minicroisières dans le parc Ujung Kulon, et que justement, quel heureux hasard,  la jeune femme avait signé avec lui et cherchait deux personnes pour partager les frais. Nous avons signé aussi, pour le lendemain matin 6h. Nous avons passé la nuit à vider les distributeurs de billets de la ville pour rassembler les sept millions nécessaires …

Nous avons dormi à l’Hotel S’ Rizki, qui est très bon marché, pas terrible, son petit déjeuner compris vaut son pesant de roupies. Pour un petit déjeuner demandé à 5h30, nous avons été réveiller par des tambourinements à la porte en pleine nuit (4h30) : panique à bord. Chéri chéri, enroulé dans un drap, a récupéré, hébété, deux petites assiettes contenant des toasts margarine, pain de mie, fromage râpé et pépites de chocolat. Après nous avons somnolé bercés par le chant du muezzin, qui appelle à la prière du haut du minaret, selon la formule consacrée. A l’heure du vrai lever définitif, les fourmis avaient envahi notre bon petit déjeuner. Quelle déception.

Mais il n’y a ici, à notre connaissance, que deux hôtels de niveaux comparables.

Nous sommes partis en bateau: un petit bateau joli pour quatre touristes, un guide, un marin et un cuisinier.

Parc Ujung Kulon, 3 jours de bateau

Trois jours d’excursions dans la jungle où se cachent les derniers rhinocéros blancs, des singes, des varans, des toucans… Au programme de la baignade et du snorkling dans des eaux limpides, où nous avons découvert une richesse incroyable en poissons et animaux multicolores. Une belle promenade en canoë nous a fait découvrir la mangrove. Nous avons dormi dans des lodges et campé, mangé comme des rois des plats locaux et des poissons grillés tout frais. Les poissons étaient pêchés par l’équipage ou achetés directement à des pêcheurs; la première fois, nous avons vu un bateau au large, et une grande agitation s’est produite à bord, avec moult cris et moulinets des bras: que se passait-il ? Un abordage, un naufrage, des nouvelles d’une cousine? Le bateau s’est approché doucement, un type avec une gueule de pirate chinois a fait un immense sourire et le marchandage a pu commencer.

Parc Ujung Kulon, Java: commerce du poisson

Quelques visiteurs sur l’ile de Pulau Peucang, sinon, personne. Le rêve pour commencer des vacances.

Plage déserte dans le Parc Ujung Kulon, Java

De là, nous avons pris le bus vers Bogor. Une journée de route, repassant, de façon un peu surprenante, par Jakarta…

Bogor.

Cette grande ville dans les collines au sud-est de Jakarta est réputée pour sa fraicheur et ses pluies. Bogor est sans grand intérêt, mais elle est mondialement connue pour son jardin botanique et pour ses serres d’orchidées; le jardin est magnifique, il est situé au centre de la ville. Il y a une saison privilégiée pour la floraison des orchidées, et je peux vous assurer que ce n’est pas le mois d’Aout. Une rivière-dépotoir traverse le Jardin, et le spectacle des jeune gens qui pêchent au milieu des ordures le bon poisson frais, qu’on dégustera le soir même au restaurant, est rafraichissant.

Pêcheurs, rivière Ciliwung, Jardin Botanique de Bogor, Java

Nous avons dormi à l’Hotel 101, très proche à pied du jardin botanique. C’est un hôtel luxueux, qui propose une grande piscine, le Wi-Fi gratuit dans les chambres, la clim’…

Nous étions allés à Bogor avec l’idée initiale de continuer vers l’Est par Bandung, Garut et par le plateau de Dieng. Nous étions persuadés qu’il existait in train  Bogor –  Bandung, mais non. Compte tenu de la lenteur des trajets en bus, pour tenir le programme, nous avons donc rebroussé chemin vers Jakarta, pour prendre le train pour Yogakarta.

Yogakarta.

Nous avons beaucoup aimé cette grande ville dynamique et amicale.

Nous avons logé plusieurs jours à l’hôtel Duta Guest House qui se trouve dans le quartier des touristes, Jalan Prawirotaman. C’est un hôtel de bon niveau, avec une piscine extérieure, eau chaude, la clim’ dans certaines chambres, un bon buffet petit déjeuner, pour une trentaine d’euros par nuit. La connexion Internet est gratuite dans les parties communes. Ils proposent des excursions plus ou moins sur mesure.

Les transports en becak sont agréables, mais il faut négocier ferme, et faites vous bien préciser si le prix est pour une ou deux personnes.

A Yogakarta il y a beaucoup de sites à visiter

  • le Palais du Sultan, le Kraton, avec ses nombreux bâtiments, ses concerts de gamelan, et ses spectacles de danse traditionnelle
  • le château d’eau Taman Sari, les anciens bains du sultan, vestiges défraichis de ce qui devait être un petit paradis. Un de mes meilleurs souvenirs

Bateau d’eau, Water Castle, Taman Sari , Yogakarta

  • de jolis ateliers de Batik,
  • des marchés
  • des spectacles en plein air tous les soirs,
  • des expos,
  • du street art ,…

street art, Yogakarta, Java, Indonésie

 

Street art, Yogakarta, Java

« Yoga » est le point de départ pour de nombreuses excursions:

  • Borobudur

Le temple se trouve à une heure de voiture. Il se trouve dans l’enceinte de l’hôtel Mahonara, qui vend chaque soir des entrées deux fois plus chères que la normale pour voir au calme le coucher du soleil. Nous avons choisi cette formule, et la recommandons. On a tout loisir de prendre des photos avec très peu de monde et de profiter du site au calme. L’hôtel offre même des cadeaux souvenir et un casse croûte après.

Borobudur est une monumentale pyramide de neuf étages, représentant les étapes de la vie terrestre, pleine de péchés, jusqu’au nirvana. Il faut parcourir les terrasses bordées de murs sculptés dans le sens des aiguilles d’une montre pour arriver au dernier étage, ce qui représenterait une promenade de méditation de 5km. Là haut, 72  stupas abritent des bouddhas. Cet extraordinaire temple bouddhiste offre une vue panoramique sur les collines alentour et sur le volcan Merapi. Les lumières du soleil couchant sur les fresques et les stuppa du sommet sont à ravir.

 

Coucher de soleil à Borobudur

Bouddha dans un stûpa ouvert, Borobudur, Java

Il y a a Borobudur un monument à ne pas rater: le Candi Mendut est un temple contenant un bouddha de 3 mètres de haut, parfaitement conservé depuis le VIIIe siècle.  C’est un monument très harmonieux et inspirant. Un havre de paix après un trajet à vélo bien stressant.

Bouddha de Candi Mendut, Borobudur

Nous avons séjourné  à l’hôtel Rumah Boedi, ce sont des bungalow privatifs dans un très beau parc. C’est luxueux, mais excentré et sans piscine, donc trop cher à mon goût. Ils prêtent des vélos ou vous convoient à mobylette.

 

  • Prambanan

C’est un sanctuaire hindou qui regroupe de nombreux bâtiments plus ou moins effrondrés par des tremblements de terre. Les plus connus sont les quatre sanctuaires principaux, mais de nombreux temples sont également visibles. Le site est accessible du centre ville en une heure de bus public. Nous avons regretté de ne pas avoir loué de vélos pour visiter les nombreux sites alentours, dont on nous a dit qu’ils étaient intéressants et déserts…

Prambanan, Yogakarta, Java

Des étudiants d’une école de spectacle se faisaient des sous en jouant avec le public. Un spectacle gai et bon enfant.

Spectacle de mime, Pranbanan, Java

  • Le Volcan Merapi.

Il y a deux volcans Merapi à Java. Nous avons réalisé l’ascension nocturne à partir de Yogakarta: départ en voiture à 10h du soir, casse croute au village, puis ascension à partir de minuit, menant au sommet pour le lever du soleil. L’ascension est raide et très fatigante. Des passages de sable et de cendre sont épuisants à l’aller et très glissants au retour. Il faut donc être en bonne forme. Pour la première fois de ma vie, j’ai été la mama que le jeune guide aide pour être sûr d’arriver au sommet à temps… la honte. Mais je suis arrivée en haut, alors que de bien plus jeunes ont renoncé. La vue du sommet est saisissante, sur une plate forme qui surplombe le cratère; on ne voit pas la lave, mais on croit la deviner à la lueur rosée qu’on distingue plusieurs centaines de mètres plus bas.

 

Volcan Merapi, Java, Indonésie

Attention, un français y serait tombé en faisant un selfie il y a trois ans. On  est à 2900 mètres d’altitude, avec une vue impressionnante sur une grande partie de l’île. Le Merapi s’est réveillé subitement en mai 2018.

Fatigués des transports en bus publics aux horaires et itinéraires incompréhensibles, aux chauffeurs inconscients, enfumés, surpeuplés, imprévisibles, nous avons acheté un pack  » volcans Bromo, Kawah Igen, jusqu’à l’embarcadère pour Bali »

Volcans Bromo et Kawah Igen

Le pack comportait un aller en train 1ère classe jusqu’à Probolinggo, puis un trajet en  minibus jusqu’à Cemoro Lawang, ou nous avons tenté de dormir de minuit à 4 heures du matin. Départ alors en 4×4 pour voir le lever du soleil sur le volcan Bromo, installés au bord de l’immense caldera de plusieurs km de diamètre. La route pour accéder est un long embouteillage de voitures surchargées, le route est saturée de 4×4, piétons, vendeurs de café et marchands de casse croutes divers. L’ambiance est bon enfant, mais, amateurs de solitude, cherchez un autre point de vue, en sollicitant les locaux par exemple.

Il y a deux sites d’observation principaux. Le plus réputé permet d’avoir l’alignement spectaculaire de plusieurs volcans du massif de Tengger-Semeru, dont le Bromo et le Semuru, volcan actif qui pète un petit nuage toutes les deux minutes. Nous étions à l’autre point d’observation, qui reste très convenable! Les brumes qui se dissipent et les variations de couleurs au soleil levant sont étonnantes.

Mont Bromo, Java, Indonésie

Volcan Bromo, Java, Indonésie

Le spectacle est également dans ces centaines de touristes du monde entier, parmi lesquels  aussi beaucoup d’indonésiens. Nous avons remarqué qu’ils visitent beaucoup leur pays. En particulier, ils aiment leurs volcans, exactement comme le Petit Prince.

Caldeira du Mont Bromo, Java

  • Mont Bromo

Ensuite, court transfert jusqu’au pied du Mont Bromo, lieu de culte hindouhiste. L’ascension est aménagée pour les pèlerins, avec un bel escalier, et les plus aventureux peuvent faire le tour du cratère. C’était ma première rencontre de près avec un volcan: le grondement et les vibrations du sol se perçoivent à plusieurs centaines de mètres. On ne voit pas de lave, mais de la fumée.

En pratique, les trajets  Village, caldeira, points de vue, Bromo sont faisables à pied.

 

  • Volcan Kawah Igen

La nuit avant l’excursion nous avons été hébergés dans un hôtel installé dans une plantation de café; l’hôtel Catimore. Nous avons très bien mangé à un prix local dans le village. Le prospectus de l’excursion vend le spectacle des lumières bleues dans la nuit dues à l’enflamment des gaz dans le cratère. Masque à gaz indispensable. Nous avions refusé d’en louer, et au final on nous les a prêtés. Démarrage de la rando en pleine nuit, une fois de plus. Ascension très facile à la frontale, puis une descente un peu laborieuse. Un fond, on voit effectivement les flammèches bleues dans l’obscurité. Mais le spectacle le plus impressionnant, ce ne sont pas les lumières bleues, c’est le lever de soleil, où on se découvre au fond d’un cratère, au bord d’un lac acide turquoise, avec les fumées de souffre jaune. Mon plus beau souvenir de Java.

Mineur du souffre, Kawah Igen, Java

A la remontée on côtoie les esclaves du souffre, qui remontent à dos d’homme des paniers de 80 kg, dans une atmosphère à peine respirable.

Enfin, transfert en voiture jusqu’à l’embarcadère des ferry pour Bali: Ketapang. Au total, ce pack était d’un niveau de prestation médiocre, avec voitures déglinguées et ou surchargées, hôtels pas attentionnés (pas de draps, parce que pour 4 heures de sommeil ça ne valait pas la peine…), attente très longue dans un relais minibus- 4×4. Si vous êtes regardants sur le confort, choisissez bien votre prestataire. Mais le job a été fait, nous avons suivi l’itinéraire et le planning, et rattrapé le temps « perdu » en début de périple.

Bali

Quand vous passez en ferry de Java à Bali, vous prenez 1 heure de retard; nous avons mis 3 jours à le comprendre, et sommes passés pour de grossiers personnages pendant ces 3 jours, en particulier pour les départs en plongée; nous savourions tranquillement notre petit déjeuner sous le nez du chauffeur qui devait nous emmener, en nous disant que s’il avait une heure d’avance, c’était son problème et pas le nôtre. Après ça, il n’étaient guère aimable, et les autres touristes non plus. La honte à postériori.

Nous avons séjourné 3 jours à Permuteran, au nord ouest de l’ile, au Taruna Homestay, qui est un hôtel grand luxe pour 20 euros la nuit. Seul bémol, il n’a pas d’accès direct à la plage… qui est de toute façon sans grand intérêt, à part boire des cocktails en regardant la mer et jouer au foot avec les gamins du coin le soir. De là, de nombreuses agences proposent des sorties à la journée pour du snorkling et de la plongée, autour de l’ile protégée Pulau Mejangan. Le forfait comprend deux plongées, le repas de midi étant fourni. Un moment superbe, j’ai tenté le baptême plongée et le snorkling, dans les deux cas c’est un régal : eau chaude, soleil, poissons multicolores en quantités incroyables.

Nous avons passé notre dernière journée à Echo Beach , à mater les surfeurs nous promener le long d’une magnifique plage, et à boire des jus de fruits tropicaux et à regarder décoller les cerfs-volant.

Le lendemain à 7 heures du matin, révélation de notre retard chronique de une heure, quand le taxi pour l’aéroport est venu nous réveiller en toquant à notre porte ! Leçon d’humilité: quand la pendule d’un hôtel est « déréglée »: vérifier.

Retour par Jakarta.

Jakarta.

Terrible grande ville d’Asie. Nous n’y avons passé que le dernier jour avant le retour. Le centre historique de Kota et son port sont sympas mais très limités en surface, et ils ne méritent pas un séjour à eux seuls.

Considérations diverses

Islam.

L’indonésie a la réputation de pratiquer un Islam modéré. En pratique, le Muezzin appelle à la prière à grand bruit au lever (5 heures du matin)  et au coucher du soleil. Les gamines de 10 ans sont voilées. On ne trouve d’alcool que dans les hôtels et restaurants pour touristes. Pour les femmes, on est mieux bras et jambes couverts, à moins d’aimer être caressée de regards concupiscents en permanence.

Transports

Les bus partent de gares routières souvent très excentrées, où les toilettes sont clean, mais les tarifications beaucoup moins; on est capable de vous faire payer 10 fois le prix pou un bus qui passera effectivement, un jour, dans la ville que vous demandez, oui, mais quand? ou sinon de vous affirmer que le dernier bus est parti, et que le taxi est maintenant la seule option. Les bus s’arrêtent tous les kilomètres pour prendre et reposer des vendeurs, des bonimenteurs, des chanteurs, …

La conduite est épouvantable, comme partout en Indonésie, priorité au plus gros ou au plus culotté.La location de voiture et le vélo sont à réserver aux plus téméraires.

La train est rapide et confortable. Les vols intérieurs sont bon marché: nous avons été de Denpasar à Jakarta pour moins de 50 euros.

Hébergement

Il est très bon marché, on s’offre des hôtels de très bon niveau pour 30 euros.

Manger à Java

Nous nous sommes régalés dans les petits stands de rue dans toutes les  villes: beignets, légumes, nasi gorengs, brochettes, accompagné de citronnade… tout était succulent pour moins de 5 euros le repas (plutôt 2 euros).

Conclusion

Les transports sont le gros problème, très lents et incompréhensibles. Ils font perdre beaucoup de temps. Associé au fait que nous tenons à prendre notre temps dans les endroits agréables, nous avons vu relativement peu de choses en trois semaines, et sommes restés sur notre faim.

On se loge et on mange extrêmement bien à prix très bas. On trouve des vols AR à partir de 500 euros.

Nous avons adoré Java et sommes revenus à Sumatra l’année suivante.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*