Immortelle randonnée, Jean Christophe Rufin

Jean Christophe Rufin, médecin, écrivain, diplomate, académicien, s’est transformé en pèlerin mal lavé sur le Chemin de St Jacques. Il a randonné seul de Hendaye à Compostelle, alternant les différents types d’hébergement, y compris le camping.

Il y a pour mémoire plusieurs chemins, bien sûr au départ de toute l’Europe, mais aussi pour arriver à travers l’Espagne. Il y a le chemin du Nord, qui part de Hendaye, passe à San Sebastian, Santander. Arrivé à Oviedo, on a le choix entre continuer de longer la côte Atlantique où obliquer vers le sud pour couper à travers les montagnes par le Camino Primitivo.
El Camino Frances, passe plus à l’est à travers les Pyrénées à st Jean Pied de Port, puis est parallèle à la côte aussi, mais au Sud par Pamplune, Burgos, Leon.

Nous avons la description des différentes étapes, les rencontres, racontés avec le talent de l’écrivain.
J’ai beaucoup aimé les séances d’introspection qui décrivent la métamorphose spirituelle du marcheur au long cours:

  1. « Au départ du Chemin, on pense énormément…  Le pas, c’est bien connu, agit sur la pensée comme un vilebrequin: il l’ébranle, la met en route, et reçoit en retour son énergie. »
  2. « Le marcheur , au bout de quelques heures, prend conscience d’une autre présence: celle de son corps… Les diverses corporations qui composent cette administration complexe se présentent les unes après les autres, commencent à revendiquer et finissent par hurler toutes ensembles…  et finissent par occuper les étages nobles. Ils interrompent le joyeuse sarabande des images et des rêves, à laquelle on s’était abandonné au début ».  » Sur le champ désolé de l’esprit, brûle, solitaire, une ampoule au talon qu’on avait pourtant crue guérie »
  3. « Le pèlerin fait alors acte d’autorité… Il se force à penser. Cela s’appelle réfléchir…. je n’ai personnellement pas tenu longtemps… Cette défaite de la pensée produit rapidement une véritable dépression. »
  4.  » Quand le vide menace et avec lui le triomphe de l’ennui et des petits embarras du corps, … La foi apparait comme une alternative à la régression animale « 
  5. « Dans ces splendeurs ( des Asturies) le chemin m’a confié son secret… Compostelle est un pélerinage bouddhiste. Il délivre des tourments de la pensée et du désir, il ôte toute vanité de l’esprit et toute souffrance du corps, il efface la rigide enveloppe qui efface les choses et les sépare de notre conscience »
  6. « En partant pour St Jacques, je ne cherchais rien, et je l’ai trouvé » IIte, Missa est.

Ca me donne des fourmis dans les pieds, et ça confirme mon projet pour commencer le Tour du Monde.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.