Une idée pour plonger en hiver: l’île de Bonaire, Caraïbes.

Bonaire est un des paradis des plongeurs, cité en deuxième position par UltraMarina. On y dénombre plus de cent spots d’immersion pour l’exploration sous marine. Les amateurs de Masque -Palmes- Tuba y trouveront également leur bonheur. Bien ventée, c’est aussi une destination idéale pour faire une cure de sports aquatiques comme la planche à voile et le surf.

Cette petite île Hollandaise est la plus occidentale des Caraïbes, proche à la fois du Venezuela, de l’Amérique Centrale et des USA. Attention, c’une base touristique au train de vie américain, en terme de confort mais aussi de tarifs.

Incapable de décrocher mon open water pour cause de phobie aquatique, je me suis pourtant régalée.

La plongée sous marine à Bonaire

Toute la côte est classée Parc Naturel. Pour plonger, il faut payer une redevance annuelle qui est passée à 40 dollars le 1er mars 2019.

Il y a 63 points d’immersion référencés rien qu’à partir du rivage de Bonaire.

 

Muni d’une voiture de location, et chargé de son matériel, on peut plonger en toute liberté.

Bonaire: plongée en toute liberté à partir du rivage.

Les spots sont repérés par une borne (pierre jaune) sur la route puis une bouée ancrée à 10m de profondeur.

Les mises à l’eau peuvent être laborieuses dans des galets plus ou moins brassés par les vagues ou glissants. J’ai découvert à postériori combien les départs à partir du bateau du Sud de la France sont confortables. Moi qui ai la phobie de l’immersion, j’ai été super confortable. Nos photographes ont été limités par la peur d’endommager leur matériel. On peut s’adapter en choisissant de plonger sur la côte est ou ouest en fonction du vent et de la houle.

La topographie est toujours la même, départ de la plage ou d’un petit surplomb, plateau peu profond puis un tombant plus ou moins spectaculaireLes particularités du récif sont les éponges ainsi que  les corail durs et mous qui sont magnifiques. On voit des tortues, des raies, des barracudas, des mérous, des poissons perroquets, des poissons chirurgiens, des crevettes, des langoustes, des sergents-majors, et des hippocampes – il paraît.

En plongée de nuit, les phares attirent des poissons spécifiques de la région, les tarpons. Ces gros poissons, qui atteignent deux mètres de long, profitent de la sidération par la lumière des petits poissons pour les boulotter. Leur nage puissante à ras des plongeurs est impressionnante.

Bal nocturne des tarpons attirés par les phares. Bonaire. Photographe Jean Jacques Bonamy, avec son aimable autorisation

Mes plongées préférées ont été:

  • « Salt Pier« , le ponton d’amarrage des cargos qui emportent le sel des Salines, avec les piliers richement colonisés par la faune marine, et les rayons du soleil, l’atmosphère est surréaliste. L’accès des plongeurs dépend du traffic naval, en général la plongée est possible le dimanche à partir de 10h30.
  • « Karpata »  pour son tombant et ses tortues. L’accès est facilité par un ponton en béton.
  • « The Lake« , pour sa vallée de sable blanc entre deux récifs
  • « White Slave« , où nous avons été encerclés par des bancs de poissons à deux reprises.
  • Le « Hilma Hooker » est une épave où je ne suis pas allée car elle n’était pas de mon niveau (30 mètres)
  • « La Machaca« , ponton de l’hôtel, pour les tarpons

Salt Pier, Bonaire. Photographe Jean Jacques Bonamy, avec son aimable autorisation

On peut également faire des sorties bateau ou aller sur Klein Bonaire.

Quoi voir, quoi faire, à Bonaire ?

Kralendjik

C’est une bourgade tranquille et proprette, qui vit au rythme ( et aux dépens) des escales de paquebots de croisière géants.
Le restaurant El Mundo propose une carte variée, un service souriant, une terrasse ombragée.

Les Salines :

Elles étaient exploitées par des esclaves d’où les nom de White Slave et Red Slave de points de plongée. Ces grandes étendues ont des couleurs extraordinaires du rose au vert véronèse.

Anes sauvages de Bonaire devant les Salines

Washigton-Slagbaai National Park

Il faut s’y présenter avec une photocopie de son passeport pour l’établissement du laisser passer. Le paysage est un maquis de cactus et d’arbustes piquants, surplombant des eaux couleur tourmaline. Le site est  habité par des iguanes, des flamands roses, des ânes et des chèvres. Il vaut le déplacement.

Lac Bay

C’est une immense baie presque fermée par la barrière de corail, réalisant une lagune très peu profonde et chaude dédiée à la planche à voile et au kite surf. La vue est saisissante avec ses eaux turquoise. Elle est bordée de mangrove, avec un spot associant hôtel (s) , Jibe City qui est centre de planche à voile et restaurant ultra branchouille dans une ambiance très surf et peace and love. Très agréable pour aller manger à midi entre deux plongées ou pour passer la soirée.

Jibe City, Bonaire

Au nord de Lake Bay, on trouve un « cimetière de coquillages » et une base pêcheur avec une buvette. Je recommande.

Les iles voisines

On peut prendre un bateau pour visiter les iles voisines: Klein Bonaire, Saba, St Eustache, Aruba, Curaçao (en avion).

Notre séjour à Bonaire

Nous avons profité de désistements de dernière minute pour bénéficier d’un tarif un peu moins ruineux sur une formule tout compris hébergement-plongée à Bonaire.

Nous étions un groupe très sympa, l’organisateur, un photographe presque professionnel, un couple où l’époux est également photographe, un ami luxembourgeois, et nous deux.

Le vol Lufthansa est direct à partir d’Amsterdam.

Nous avons logé à l’Hôtel Captain Don de Kranlendjik. Nous sommes aux standards d’hébergement américain, donc rien à redire.

Le restaurant sert un petit déjeuner buffet copieux, et des plats excellents toute la journée. Une mention spéciale pour « the catch of the day», poisson du jour, qui est toujours délicieux.  Le service est aussi amical que nonchalant. Un bar propose tous les cocktails possibles. Tout cela évidemment en terrasse avec vue sur la mer. Il y a une grande piscine et les serviettes de plage sont fournies.

Le centre de plongée adossé à l’hôtel est ouvert de 8h à 17h. Il loue tout le matériel, y compris nitrox et de la plongée tekIl dispose d’un grand vestiaire avec des casiers (amener son cadenas) pour stocker son matériel toute la semaine, ce qui est très commode. Il y a un point d’immersion par le ponton, à quelques encablures du tombant. 

Notre organisation quotidienne comportait un départ en voiture tôt le matin, pour deux plongées espacées de 1h30 dans le même secteur, puis un retour à l’hôtel, une plongée dans un autre secteur l’après midi  et enfin une plongée de nuit à partir du ponton de l’hôtel.

Bonaire en pratique:

Passeport à jour, on est en Europe

Monnaie: le dollar Américain

Langue : le papiamento (véridique), l’anglais, le néerlandais, l’espagnol…

Pas de vaccination obligatoire

Protection contre les moustiques en saison:  transmission possible de la dengue et de la chikungunya, pas de paludisme.

Protection solaire impérative, on prend des coups de soleil le temps de gréer un bloc.

Conclusion

Une île d’abord ingrat où il semble y avoir peu à faire à part plonger. Mais la formule que nous avons choisie n’était pas destinée à autre chose.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*