Delphes et Athènes

Notre voyage s’est terminé par Delphes et Athènes, la première semaine de septembre.

Delphes

Tout le monde le dit et c’est vrai, Delphes est magnifique et émouvant. A Delphes, il y a tout pour le touriste en terme d’hébergement et de restaurants, éventuellement  avec vue sur la vallée et la mer au loin, c’est très joli, on en paie le prix. Je signale le restaurant Taberna Ta Skalakia, sur les marches d’escalier en contrebas de son concurrent recommandé par le vieux routard. On mange sous une treille fraiche, près d’une fontaine. Le patron parle français, et on a goûté un étonnant agneau mijoté au citron, ça change de la moussaka.

Il y a tout également à Arachova, quelques kilomètres plus haut, et qui est bien plus joli. C’est une station de sport d’hiver. Ces vacances m’auront habituée à l’idée qu’il neige en Grèce. Mais si on loge à Arachova, il faut une voiture ou être courageux.

De Delphes, on rejoint à pied le site, composé de presque tout au dessus de la route : temples, trésors, stade et le musée. Au dessous de la route, le tholos, « petite » rotonde dédiée à Athéna , et le gymnase. Arrivés 10 minutes après l’ouverture, nous étions seuls pour visiter le premier secteur. Je suis émerveillée de constater que les gens, ayant le choix entre mettre le réveil pour visiter seuls, à la fraiche, avec une belle lumière, ou en milieu de journée, quand c’est blindé et que les photos ne rendent rien, choisissent la seconde option. Mais tant mieux. Une remarque au passage ; j’avais envisagé d’acheter un pack « Delphes à partir d’Athènes» avec ramassage à l’hôtel, transport en car, billets et visite (guidée ?) du site, liberté pour déjeuner et retour à l’hôtel (100 euros environ). Eh bien quand je les ai vu descendre de leur car à 11h30, j’ai compris l’importance de prendre en compte les horaires avant de signer pour une expédition organisée. A noter, Il y a un chemin (3 heures de marche) entre le petit port de Itéa et le village de Delphes; moi, avec du temps, je serais venue en bateau.

Venons en aux faits, Delphes est une pure merveille. C’est situé à flanc de montagne, entre falaises et vallée.

Delphes, à flanc de montagne

Entre les oliviers, les cyprès et les chênes, dans le chant des oiseaux et des cigales, ont découvre une allée qui montait entre les « trésors », sortes d’ex-voto somptueux établis en remerciement aux pythies pour leurs bonnes prédictions. On nous propose des reconstitutions d’après les descriptions qu’avaient faites les écrivains grecs. Ici le trésor des Athéniens:

Delphes: le trésor des Athéniens

Trésor des Athéniens, reconstitution

A l’époque c’était somptueux, d’après les descriptions des auteurs anciens et la reconstitution qu’en a fait l’architecte Albert Tournaire (image d’accueil). Peu de monument, colonnes sont encore en place. J’ai noté des murs de pierres polygonales ajustées parfaitement, comme au Machu-Picchu.

Delphes: assemblage de pierres polygonales, comme au Pérou

Et j’ai enfin compris que cette technique permettait d’ajuster des pierres trouvées sur place sans perdre de temps et de matière les réduire en parallélépipèdes régulier.  En haut, se trouve le stade parfaitement conservé / reconstitué. Le site est habité : des chats gentils, et un chien, qui visiblement accompagne tous les matins la première visite. Alors que le chien lambda fait la tournée des pipisses, cet esthète visite Delphes.

Et il y a des archéologues. Des archéologues qui font l’inventaire des cailloux, en les mesurant et en les dessinant, pied à coulisse en main (euh, et l’imagerie 3D ?), pour essayer de retrouver leurs proches dans ce jeu de construction géant mélangé au fil des siècles. J’ai tenté un bonjour pour entrer en contact avec un membre de cette équipe francophone, mais par un grognement il m’a signifié qu’il était là pour travailler, pas pour bavarder avec des béotiens.

Le musée regroupe toutes les choses fragiles du site, des poteries, des bronzes, des frontons, des sculptures comme si il en pleuvait. C’est magnifique. Un jour j’ai entendu une interview de conservatrice de musée qui expliquait que le visiteur ne retient que trois œuvres dans un musée, et qu’il ferait mieux de se concentrer sur ces trois là.  Ce que je fais depuis

1/ L’aurige, jeune homme décontenancé, qui n’a gardé de son char que les rênes qui lui pendent à la main. Tout le concept de l’impermanence bouddhiste est résumée là.

L’aurige de Delphes, découvrant l’impermanence de son attelage

2/ Un pied de colonne en feuille d’acanthe d’une finesse émouvante

3/ la reconstitution de Delphes au mieux de sa forme par Albert Tournaire (image d’accueil).

Aller de Delphes à Athènes en car.

Pour rentrer à Athènes, on achète les tickets à la taverne au niveau de la patte d’oie Est des rues, et on atterrit trois bonnes heures plus tard au terminal B d’Athènes, lui même proche du métro.

 

Athènes

– Nous avons logé à l’hôtel, Néféli, est bien situé à Plaka, à deux pas de la place Syndagma et du métro. Excellent rapport qualité prix; 50 euros pour une chambre sur cour calme et fonctionnelle. Le petit déjeuner compris est honnête et l’accueil est prévenant. Je ne vais pas produire un nouveau guide touristique de Athènes. Juste, quelques endroits que nous avons particulièrement aimés.

Le Musée archéologique de Athènes. Très beau, spacieux, didactique.Trois pièces toute mignones après les gros cailloux de Delphes, que j’ai souhaité garder en mémoire:

  • Une carafe à vin olé-olé, avec une liberté de trait qui m’a rappelé les dessins de Reiser.

    Carafe coquine, Musée archéologique d’Athènes

  • Un collier en or d’une finesse stupéfiante pour un artefact du 4ème siècle avant JC.

    Collier en or, Musée Archéologique d’Athènes

  • Une paire de boeufs attelés en terre cuite du 7ème siècle avant JC

    Statuette en terre cuite, Musée archéologique d’Athènes, 800 BC

La Fondation Goulandris, qui expose la collection d’art moderne d’un couple d’armateurs. Le choix des veuves est sûr, le musée idéal, les vidéos d’explications sont passionnantes. J’aurai pu y passer deux jours. Plaisir des yeux:

  • Un bijou-compression de César; y penser pour transcender les bijoux de votre héritage

    Recyclage de bijoux: compression de César

  • La patience de Georges Braque: détail
  • La patience, Georges Braque: détail

  • Et, pour rester dans le thème athénien, une caryatide de Modigliani.

    Modigliani: caryatide, fondation Goulandris

Bien sûr nous avons apprécié l’Acropole et son musée. Ce dernier est architecturalement formidable, mais sa visite ne nous a pas apporté grand chose après le musée archéologique national et le musée de Delphes. Une mention spéciale pour les vestiges qui ont été mis à nu avant les travaux de construction.

Entre l’Acropole et l’Agora, le Vryssaki Café, rue Vryssakiou (évidemment), permet de pénétrer dans une jolie maison athénienne.

Le restaurant Karavitis, à proximité de la Fondation Goulandris: terrasse calme dans une cour sous les arbres, très bonne cuisine grecque (porc à la tomate en cocotte), uniquement des athéniens.Le bonheur la veille du départ.

Si nous avions eu du temps, je serais allée:

  • voir le Stavros Niarchos Fondation Cultural Center, où se trouvent l’Opéra et la bibliothèque nationale, oeuvres de Renzo Piano, qui propose gratuitement des expositions temporaires, des spectacles, des aires de détente, un cinéma.
  • nager à la Piscine Olympique
  • visiter le Musée Kotsanas de la technologie des grecs de l’antiquité
  • courir au Jardin National
  • prendre la température de l’eau sur une plage à la mode

Etapes précédentes:

Thessalonique et Vergina
Le Mont Olympe et les Météores
Alonissos par Volos

3 réflexions sur “Delphes et Athènes”

  1. Ping : Sporades: Alonissos par Volos – Blog tour du monde

  2. Ping : Voyage en Grèce: Mont Olympe, Météores. – Blog tour du monde

  3. Ping : La Grèce continentale de Thessalonique à Vergina. – Blog tour du monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*