Triathlon à 56 ans ?

A 56 ans je me suis inscrite à un club de triathlon. Que puis-je  espérer au niveau sportif ? Voici un article très personnel qui expose mes modestes résultats actuels. Selon le cas, vous les trouverez pathétiques ou motivants…

Bilan par activité sportive:

  • Plongée; j’ai été qualifiée de bonne plongeuse, et dieu sait que ce n’était pas gagné, car au début j’avais peur. L’Advanced Open Water Diner est dans les tuyaux, parce que 18 mètres, c’est trop limitant.
  • Course à pied. pas de bobo significatif depuis deux ans. Je me tiens à 20 – 25 km par semaine, à un train de sénateur: 10 km/heure. Modeste performance j’en convient. Elle est expliquée par le retour de douleurs des mollets dès que j’augmente le volume ou l’intensité, qui me font redouter, à tort ou à raison, une nouvelle élongation. Je suis arrivée 3e de ma catégorie, à une modeste course, en ayant attendu une copine plusieurs km. il y a de l’espoir!
  • Cyclisme: J’ai cédé à la tentation du vélo. J’ai investi dans un bien joli Gravel, un bon petit vélo trapu et courageux. Je l’aime d’amour. N’ayant pratiquement pas pédalé depuis 30 ans, j’ai commencé par prendre des cours de vélo en ville. je recommande cette formation qui permet de reprendre des réflexes et d’être accompagné pour être conseillé sur ses circuits les plus fréquents.Sur quelques sorties, j’ai retrouvé le plaisir que j’avais à faire du vélo, ado, avec mon père.

    A 56 ans, retrouver le plaisir du vélo

  • Natation. J’ai toujours nagé. Mon dernier test me place à 8mn pour 400 mètres, donc pile à la limite entre débutante et confirmée.

Mais pourquoi ce test, s’interroge le lecteur??  Hé bin, parce que je me suis inscrite dans un club de triathlon. Voui. et un gentil trentenaire a validé mon inscription sans se moquer. La perpective de quitter mon travail dans un à deux ans me permet de me désengager et de prendre du recul. Comme tout futur retraité, il est temps de d’investir des activités de loisir et d’avoir des projets structurants. Structurants au niveau psychologique, et idéalement SMART :

Spécifique et  Mesurable, Je m’engage à faire chaque semaine au moins une séance CAP et une séance de natation du club, et une séance de vélo extérieur, ou intérieur, ou renforcement des membres inférieurs.

Acceptable, Le difficile sera de concilier deux impératifs: les contraintes du travail, et sauver mon couple, En prévision, avant l’été, j’ai testé un rythme avec 3 courses par semaine, un vélo et deux piscines, je me suis grillée physiquement. Mais, après 3 semaines de coupure, je cours plus vite. Ca parait donc faisable.  Donc, entraînement sur un mode furtif sans oublier les semaines de récupération. Je pars donc avec un programme du type:
Lundi matin : course à pied avant le travail
Mardi, piscine vite fait en sortant du travail
Mercredi, stretching 20 minutes malgré un gros programme professionnel
Jeudi, entrainement avec le club en soirée; chéri-chéri se fait des pâtes
Vendredi avant le travail, gainage et stretching
Samedi à l’aube, piscine furtive avec le club
Dimanche matin, vélo avec chéri-chéri.

Réaliste: mmmhhhh.

Temporellement défini: pour une année scolaire.

Voici une activité également très structurante au niveau de l’emploi du temps, qui élimine le danger de rester à surfer sur le canapé. Et je me suis dit, le triathlon, c’est franchement maintenant ou jamais.

Au pire, j’abandonnerai, j’aurai perdu des sous et je serai déçue de moi-même.
Probablement, je bénéficierai de conseils avisés, je me dépasserai, je me ferai des copines sportives.
Au mieux, … qui sait?

Ce qui est certain, c’est que je vais mettre tout mon courage dans cette affaire.
J’ai le regret de ne jamais avoir donné le meilleur de moi-même au niveau sportif, pour plein de raisons, qui est inutile de détailler, sauf si ça vous passionne.
J’ai enfin accepté l’idée de me faire mal: randonnée avec un lumbago aigu, canyonning avec une fracture du coccyx,… j’ai assimilé qu’à mon âge, plus rien ne serait complètement facile et indolore, mais que ça n’empêche pas de tenir ses objectifs, et paradoxalement, d’avoir du plaisir.

Première séance d’entrainement de CAP: check. Bonne ambiance, toute sorte de coureurs, des fusées, des théoriciens, des aidants, deux que je n’ai pas doublées parce je pensais à mon mollet qui grince un peu et par politesse. Une belle séance pour progresser, avec PPG, 30-30 et 800 m. réussi à effacer ma séance de ma montre, je ne sais pas ce que j’ai donné !

 

Image d’accueil par Brent Olson de Pixabay

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*