Comment progresser en photo de voyage

Préparer son Tour du Monde, c’est devenir capable de fixer des paysages, des impressions, des instants, en des photos honnêtes sinon géniales.

Par exemple sur ce blog, toutes les photographies sont de moi, sauf mention contraire, et je ne suis pas fière. Mais j’ai décidé d’assumer.

Pourquoi faire des photos

La force de la photo, par rapport à l’aquarelle, par exemple, est son caractère quasi instantané : à contrario, il est impossible, au sommet d’une montagne, ou lors d’une traversée en bateau, d’annoncer à toute l’équipe qu’on veut s’arrêter là une heure pour peindre.

Les photos paraissent souvent décevantes immédiatement après le retour de vacances, quand la mémoire des merveilles visitées est encore vive. A distance c’est toujours un plaisir de revoir ses photos, et après quelques mois, elles ne paraissent plus si mauvaises… mais pas encore assez bonnes.

Pourquoi je ne progresse pas en photo

  • Je n’ai jamais mon appareil avec moi
  • La technique me rebute: je trouverais chic de faire « clic » vite fait,  et que la photo soit bonne; car je trouve pathétique/ prétentieux / perte de temps, de tout regarder à travers l’objectif.
  • Je suis toujours pressée (à tort où à raison): Je ne veux pas retarder les autres; Je n’y consacre pas de temps.
  • Je ne vais pas au bout de la réflexion. Ici, la descente du Rhône à la nage; au lieu de me poster sur n’importe quel pont, où évidemment il n’y avait rien d’intéressant à croquer il  fallait faire l’effort d’aller au départ ou à l’arrivée !

Bien se placer pour faire une photo

Descente du Rhône à la nage

  • Je trouve futile de photographier une œuvre d’art produite par un autre (tableau, sculpture, bâtiment); tout le mérite lui revient. Je trouve également peu utile de re- photographier un monument déjà largement représenté, comme le Taj Mahal. et là mes effort pour produire un cliché original produisent un résultat moins satisfaisant que si je faisais comme tout le monde.
  • Je n’ose pas photographier les gens: Je n’ai pas le courage de présenter des portraits, par exemple ; la pudeur, le respect, les règles de publication sont pour moi des limites infranchissables. J’ai des photos « volées » que j’aime beaucoup, mais que je n’oserai jamais montrer sans les flouter :

Annonymer une photo: Piscine du Marina Bay Sands.

Le monsieur a un magnifique tatouage rouge et bleu dans le dos, très reconnaissable; je l’ai effacé, la photo perd beaucoup de son intérêt bien sûr. Qu’aurais-je dû faire ? lui demander l’autorisation de la publier, par écrit ?

  • Je n’y connais rien en post traitement. Prendre des photos en RAW, et avoir derrière l’informatique et les logiciels de traitement, j’ai déjà mal à la tête.
  • Le perfectionnisme : je pense que si le résultat n’est pas de grande qualité, ce n’est pas la peine; Je n’ai pas de style; alors, à quoi bon ? Lors de la visite du village fantôme au pied du Sinabung, j’ai trouvé évident le potentiel photographique de ce site déserté, qui évoquait les villages de chercheurs d’or abandonnés du far ouest. Mais panique, quelle photo faire ?  J’ai tout fait, du cliché bateau en passant par des tentatives artistiques qui ne rendent plus du tout l’esprit du lieu. Si par hasard quelqu’un lisait ce blog, j’aimerais en discuter !

Village fantôme au pied du volcan Sinabung

Village fantôme, au pied du volcan Sinabung, détail

Objectifs du travail de la photo :

Globalement, avoir une stratégie pour ne pas passer sa vie à prendre une multitude de clichés médiocres, en espérant un miracle.

  • Avoir un minimum de  maitrise de la technique pour passer moins de temps à prendre les clichés
  • Renoncer à des styles qui ne me sont pas accessible ; des photos percutantes comme celles de Sebastião Salgado me bouleversent et m’interpellement, humainement comme techniquement.
  • Merci et toute mon admiration à Sebastião Salgado.

    Mais je n’imagine pas une seconde me trouver au bon endroit pour faire de tels clichés.

  • Savoir ce qui sera rattrapable en post traitement ou non.
  • Faire le genre de photo qui me plait, ce qui correspond plus ou moins à avoir un style ?
  • Faire quelque chose des photos. C’est un des objectifs de ce blog : m’obliger à faire des photos et les exposer à l’admiration  la risée du public. Quand je croulerai sous les commentaires qui me disent que c’est une honte de présenter des images aussi minables, c’est que ce blog aura enfin des lecteurs ! Plus sérieusement, aller me promener ou visiter une expo avec l’intention de ramener deux ou trois photos montrables me met la pression. De nombreux auteurs de blog disent que cette démarche les a fait progresser. On va voir.

 

Comment  progresser en photo ?

1. En ayant un appareil sur soi.

Un pas trop gros, pas trop compliqué; ou au moins un smartphone. Et puis, faire des photos en essayant de savoir quel résultat on voudrait obtenir. Il parait que l’oeil s’exerce.

2. En n’ayant aucun scrupule :

Mode automatique 90% du temps et repérer 3 techniques simple : prise en faible luminosité, boqué, mode panoramique, et basta. Je vois les puristes sauter un plafond, mais la fin justifie les moyens.

3. Faire des sorties « à thème technique » ?

En ces jours courts et sombres, après le travail, s’entrainer sur la lumière me paraît une bonne  option…. s’il fallait en plus faire des photos originales…

S’entrainer en photo; cours du soir…

Après, quand c’est pas terrible, on peut toujours passer en noir et blanc?

passer une photo en noir et blanc

Quand passer une photo en noir et blanc ?

Tout cela est d’une banalité affligeante, j’en conviens.

 

4. En ciblant le type de photos qu’on aimerait faire:

J’ai à priori une sympathie pour les panoramiques un peu dépouillés:

Caldeira du Mont Bromo, Java

Je n’aime pas les photos dynamiques, ni les macro, … et il sera toujours temps d’élargir mon panel avec le temps.

 

5. En surveillant la concurrence …

En allant voir des expos, en regardant des blogs, en empruntant des livres, pour comprendre les techniques.

Vos conseils m’intéressent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*