Citer

« N’espère pas le but, aime le chemin. » Sentence bouddhiste à se répéter quand on a une ascension de 1400 mètres devant soi… Mais pas que.

J’ai parcouru hier pour m’endormir le journal d’un homme heureux, de Philippe Delerm. Rien, le vide, page après page : les couleurs de la nature, la météo, les amis, les saisons,  le quotidien d’un homme satisfait de travailler peu, mais bien, attentif à son fils et amoureux de son épouse. Rien. Rien, sauf une grande claque dans ma face : il faut être heureux, bon sang !  Quand on dit aimer le chemin, ne pas faire comme l’idiot qui regarde le doigt qui montre la lune : ne pas penser seulement au petit sentier qui serpente dans la montagne. Aimer le chemin de la vie sans espérer un bonheur à venir (ce que je fais avec ce tdm), aimer méditer sans rien en espérer, savourer les moments avec les êtres aimés, apprécier un métier qui fait sens.

Aimer le chemin de la vie.