Canaries, Lanzarote par Fuerteventura

 

du 26 Mars au 2 Avril 2018

Nous qui sommes plutôt à la recherche de vacances hors des sentiers battus, après une année 2017 fatigante, avons dû nous résoudre a des vacances de printemps de bon père de famille, pas trop loin, sans décalage horaire. Ajoutez à ces critères un prix très concurrentiel (100 € aller-retour par personne) et nous avons finalement atterri à Fuerteventura. La réputation venteuse et désertique de cette île nous a incités à migrer directement à Lanzarote.

La traversée en bateau entre Corralejo et Playa Blanca est fréquente, de l’ordre de toutes les deux heures, et hors saison il n’est pas nécessaire de réserver.

Il y a un loueur de voiture à l’arrivée.

Site de Timanfaya

Lanzarote est la plus ancienne l’île volcanique des Canaries, mais aussi celle qu’il y a présenté l’éruption la plus récente, en 1730, et tout semble resté en l’état. Contrairement à la Réunion, la végétation n’a pas recouvert les coulées de lave. La visite du site de Timanfaya est très instructive pour les vulcanologues débutants. Dans un souci de protéger le parc, il n’est visitable qu’en bus. Hors saison, l’entrée du site est aisée, et la visite en bus est obtenue presque immédiatement. Le tour en bus montre de très beaux paysages avec des arrêts aux points-clés pour faire des photos. Il ne faut pas rêver: on revient avec une très jolie collection d’images associant plus moins artistiquement des paysages de rêve et le reflet du siège du passager avant sur une vitre sale.

Timanfaya, El Malpais, Lanzarote

Plus loin sur la route on trouve le musée de la vulcanologie, intéressant. Puis  le départ d’une randonnée qui longe la côte vers le sud jusqu’à El Golfo. Nous n’avons pas trouvé le temps de faire la randonnée complète, qui prend une journée, mais cela restera un regret, car après un début  monotone dans un champ de lave volcanique, les paysages deviennent spectaculaires.

Manrique

C’est un enfant de l’ile, a été un artiste internationalement reconnu dans les années 1970. On en trouve sur l’ile deux  grand type d’expression :

– des restaurants – bars panoramiques de forme circulaire et entièrement vitrés, meublés dans le plus pur années 70 et situés sur des points de vue exceptionnels comme à Timanfaya, au musée d’art contemporain (MIAC) d’Arrecife et au Mirador Del Rio.

Restaurant de Timanfaya, Lanzarote, Canaries

– L’exploitation de structures géologiques très particulières, les couloirs de lave : lorsque la lave  liquide en fusion coule du volcan, elle refroidit et se durcit en surface, alors que le centre de la rivière de lave reste liquide et s’écoule, en laissant un tunnel recouvert de lave durcie. Manrique a exploité ces cavités naturelles parfois immenses (jusqu’à 50m de hauteur « sous plafond ») pour la réalisation de lieux publics comme Los Jameos de Agua et également pour sa très charmante maison personnelle à Tahiche (Fundacion Cesar Manrique). Manrique  a également milité contre l’urbanisme sauvage, et a induit  un tournant écologique dans la gestion de l’ile.

Le centre de l’ile essentiellement agricole. La région de La Geria est particulièrement spectaculaire puisque les paysans et les viticulteur ont dû développer une technique particulière de protection des cultures par des murets circulaire de pierre volcanique, sur un fond de sable noir.  C’est extrêmement graphique mais nous avons réussi à passer plusieurs fois dans le secteur sans jamais prendre une seule photographie, attendant toujours un meilleur point de vue ou un meilleur moment !

Les villages du centre de l’ile somnolent hors saison. Nous avons apprécié Haria pour sa petite place du village si vivante.

 Teguise

C’est une petite ville coloniale charmante, mais très touristique.

Teguise, Lanzarote, Canaries

.

On ne peut pas parler de Lanzarote sans parler de la région côtière. Beaucoup de plages magnifique associant un sable blanc, des rochers noir d’origine volcanique, et une eau turquoise.  Je suppose, hypothèse strictement personnelle, que le sable blanc vient du Sahara à 100 km de là,  porté par le vent. Ne pas trop fantasmer sur la baignade au printemps, l’eau était froide et agitée : les Canaries sont le paradis des surfers et des villiplanchistes. Le spectacle des vagues est éblouissant.

La Santa, Lanzarote, Canaries

 

Après des matins brumeux le soleil était bien présent l’après-midi (20-25°).

L’urbanisation est à peine maitrisée, la construction le long des plages restant autorisée mais semble-t-il contrôlée avec une couleur blanche obligatoire et pas plus de trois étages. La Santa résume bien la situation des Canaries, plus que de Lanzarote, avec un village ancien assez préservé, cottoyant un secteur hôtelier affligeant doté d’une plage artificielle surréaliste:

La Santa, Lanzarote, Canaries

Sur la côte ouest, le village de El Golfo reste fréquentable, pour un diner à prix européen avec vue sur l’océan et coucher de soleil de rêve, bien qu’il se soit transformé en rangée  de restaurants de poisson pour les touristes.

Sur la côte Est Arrieta est un séjour agréable, et à quelques encablures au Nord,  Punta Mujeres, est un très joli village de pêcheurs oublié du temps.

Les plus belles plages que nous ayons vues sont :

  • la Caleta de Famara, immense plage
  • La Playa de Papagayo à l’est de Playa Blanca est accessible par un long chemin empierré payant l’été.
  • Charco del Palo est un village naturiste avec des bassins de baignade joliment aménagés en pierre de lave.

Nous somme en Espagne et au bord de la mer : on se régale de tapas, de viande grillée, de poissons, et de « patates ridées ».

Restaurants

Comme adresse pour manger nous avons retenu :

  • à Puerto del Rosario (Fuerteventura) le restaurant Brisas de Mar sur la côte au nord de la ville, qui nous a servi un plateau de viandes grillées mémorable et proposé un doggy bag avec le sourire.
  • Bar El Quemao dans le petit port de La Santa : restau d’allure modeste, qui sert des poissons grillés, des spécialités de la mer, on aurait tout mangé les plats des voisins.
  • A Arrecife le secteur nord du Charco de San Ginès s’est avéré très agréable pour dîner
  • A proximité de San Bartholomé, nous avons dégusté d’excellents cocktails à la Villa Lagomar.

 

Hébergement

La difficulté a été que hors saison, quand on s’éloigne des centres touristiques, beaucoup de restaurants et d’hébergements sont fermés. Nous avons fait le choix de l’itinérance en changeant d’hébergement tous les soirs ce qui n’est pas pertinent pour une aussi petite région. Au final nous aurions mieux fait de louer un petit appartement à la  semaine.

 

Conclusion

Au total les Canaries sont une destination facile pour des vacances courtes à partir de la France. Si les grandes cités balnéaires familiales ne sont pas notre tasse de thé, nous avons retenu des paysages spectaculaires et une atmosphère bienveillante dès que l’on s’écarte un peu.

Nous ne recommandons pas:

  • le musée d’art contemporain d’Arrecife, intéressant au niveau architectural, mais vide
  • l’ile de Graciosa, qui vue du belvédère de ne paraît pas passionnante… mais c’est peut-être un havre de paix en pleine saison ?

Les touristes à vélo nous on fait envie par moment, mais le vent et la chaleur sans ombre doivent être pénibles.  La randonnée pédestre peut être aussi une bonne option si on aime les atmosphères minérales.

Budget hébergement confortable 60 euros par nuit pour 2 personnes, 12 euros le repas complet par personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*