3 jours à Chicago

Chicago est une belle grande ville plus aérée et moins snob que New York. Reconstruite après un incendie à partir de 1871, elle a bénéficié d’un urbanisme éclairé et de projets architecturaux audacieux et innovants pour l’époque. On peut y courir un fameux marathon. Dans l’avion, on peut réviser ses classiques avec quelques films sur Al Capone, la mafia et la prohibition: beaucoup de scènes ont été tournées dans des lieux emblématiques de la Windy City.

Informations pratiques

Pour aller aux States il faut acheter son ESTA en ligne, la démarche prend 72 heures. L’ESTA coute 14 dollars, voici le vrai lien pour ne pas vous faire arnaquer sur un faux site qui arnaque 50 dollars.

L’aéroport de Chicago, contrairement à celui de New York, est tourist friendly; des lecteurs automatiques de passeport permettent de passer très rapidement l’immigration, et au départ les formalités sont très vite expédiées.

La ligne de train  bleue permet de rejoindre le centre ville ou le Loop en ¾ heures. Achetez une carte de transport à 5 dollars au distributeur automatique et chargez la avec un forfait 3 ou 7 jours, elle sera vite amortie: la ville est très étalée et le réseau de transports publics top level. Cette carte n’est pas valable pour les métra qui sont des TER de banlieue dépendant d’une société différente.

La vie est chère, et il faut ajouter 7% de taxes au prix annoncé et en plus le service, 15% au restaurant. Détail amusant, on paye aussi la taxe dans les boutiques de l’aéroport.

Partout, vous trouverez des gens très gentils disposés à vous aider.

Centre Ville

Millenium Park

C’est sympa quand il fait beau. Au passage, selfie obligatoire devant le haricot de Anish Kapoor, alias Cloud Gate, et admirez l’Auditorium de Frank Gehry. Poussez jusqu’au pont en forme de rivière qui traverse la voie ferrée en direction du lac; à votre retour la vue sur la sky line est très belle, surtout en automne derrière les arbres rouges et jaunes.

Le Haricot de Anish Kapoor, Chicago

Culture Institut

L’ancienne bibliothèque publique est reconvertie en centre culturel. Décorée de mosaïques blanches, or et turquoise, elle a des airs de hammam géant. On y découvre des installations temporaires gratuites saisissantes, deux coupoles Tiffany ; au sud la plus grande, sobre, au nord une plus petite mais plus complexe. Très chic.

Willis Tower

On monte au SkyDeck , 103èmeniveau, en 70 secondes, pour avancer d’un pas dans le vide dans des cages de verre. Acheter un coupe file sur internet pour éviter l’attente. La vue est vraiment spectaculaire car cette tour domine très largement ses congénères. La lumière du soir sur les buildings et le lac vaut le coup d’oeil. L’attraction coûte 25 dollars, et la vue la plus haute n’est pas forcément la plus belle. J’ai préféré :

360° Chicago.

Dans la Hancock Tower, on trouve un observatoire avec des parois de verre inclinés pour se faire peur, un bar (Signature Lounge) et un restaurant. Ici, on monte gratuitement. On dépense ses sous pour boire un cocktail et manger un cheese cake bien lourd, bien calé dans un fauteuil face au panorama.

La Chicago River:

Chicago River la nuit

Ses quais, ses ponts, son panorama la nuit…

Art Institute.

J’ai adoré ; en pratique, on ne fait la queue qu’une fois pour l’entrée (25 dollars)  et le vestiaire (1 dollar). On peut manger à l’intérieur, et on a le choix entre un café au 2eétage, un restaurant au 3et une cafétéria en sous sol. Prenez bien le plan à l’entrée, c’est compliqué.

Collection d’antiquités asiatiques bouleversantes, d’art africain magnifique, d’artisanat amérindien méconnu. Des impressionnistes à la pelle, de l’art moderne déconcertant, une salle d’architecture de Chicago quasi inexistante. La collection d’intérieurs miniatures m’a intéressée, malgré un a priori défavorable. L’exposition de photos est très pointue. Tout cela superbement mis en valeur dans des locaux sobres, élégants, aérés.

Antiquité Chinoise, Art Institute, Chicago

 

Statuette amérindienne, Art Institute, Chicago

Dame qui se photographie tous les jours pendant son régime, Art Institute, Chicago

Chicago South University

Nous étions basés dans le quartier sud des universités. Hébergement raisonnablement onéreux au La Quinta Hotel. L’endroit est propre et propose de grandes chambres, avec deux lits doubles.  Ils ne sont pas regardants sur le nombre de pensionnaires et subséquemment sur le nombre de petits déjeuners à volonté consommés. C’est bien placé pour travailler à l’Université, courir au bord du lac, et les transports en commun vous emmènent au loop en un quart d’heure par la voie rapide.

Le campus universitaire

Université de Chicago

Il est calme, aéré, arboré, et entremêle des bâtiments ultra modernes et de vénérables constructions évoquant les universités britanniques. Dans le secteur, on peut visiter:

La maison Robie de Frank Lloyd Wright.

Attention on ne peut faire que des visites guidées, et les départs indiqués sur le site ne sont pas respectés…

Ellis Street

A la hauteur de la 58e,  à midi, une énorme concentration de food trucks tous plus appétissants les uns que les autres. Pour acheter un souvenir intello, au même niveau sur Ellis, le Bookshop de la Chicago University : sweet shirts, mugs, cahiers, casquettes, etc, aux armes de l’Université.

Dans le secteur nous avons mangé par deux fois à Pizza Capri : Excellentes salades, plats de pâtes énormes, et spécialité de la ville : la deep dish pizza, une espèce de tourte épaisse au fromage et à la tomate.

Courir à Chicago

A partir du secteur sud, on peut courir le long du lac Michighan. On se trouve entre les berges et la voie rapide, plus ou moins à distance du traffic selon qu’on traverse un parc ou non. Les vélos et les piétons ont des voies séparées. Un pont permet de passer la voie rapide tous les 2 km environ. C’est un lac qui a un vrai caractère, avec de belles vagues déferlantes. La vue sur la sky line de Chicago est très jolie à la lumière du lever du soleil.

Le marathon de Chicago avait lieu le 13 octobre 2019. Il est connu pour son parcours roulant, entièrement en ville.

A Chicago on vend beaucoup d’articles de sport, et les nombreuses boutiques vont vous tenter terriblement avec des chaussures originales et des marques de vêtements qu’on ne trouve pas chez nous.

Diner à West Loop.

C’est le quartier branché où on trouve des restaurants typés plus chaleureux que les innombrables fast food du centre ville. Arrêt Morgan, suivre Rangolf Street.

  • The Allis : ambiance cosy dans un ancien entrepôt. Les cocktails sont délicieux. Prix très acceptable des pizza (petite, fine ne convient pas à un goinfre) 12 dollars ; en revanche, j’ai mal digéré la pyramide de légumes vapeur pour 26 dollars.
  • Sawada Coffee : l’établissement, qui fait coffee shop le jour et barbecue la nuit,  était bondé, et pour les flexitariens, l’odeur de viande grillée était à se damner. Nous avons renoncé.
  • City Winery était privatisé. Ils proposent des dégustations de vins, des diners, et des spectacles.

Conclusion

Un séjour de quelques jours très agréable, et trop court; j’aurais aimé passer plus de temps dans les musées, aller écouter de la musique, essayer les fringues de sport, courir le marathon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*